Loin des yeux loin du cœur

Dans mes jeunes années, un été en Ontario n’était jamais complet jusqu’à ce que vous fassiez votre voyage annuel à «The Ex» (l’exposition nationale canadienne sur les terrains du CNE à Toronto). Des choses comme « The Flyer » - des montagnes russes dangereusement chambranlantes selon les normes d’aujourd’hui - Le « Zipper », The Alpine Way (des cabines suspendues), les beignes de chez «Tiny Tom», des jeux horriblement chers (la plupart qui étaient fondamentalement impossibles à gagner) et le « Pavillon de l’alimentation » étaient tous des rites annuels de la fin de l’été.

Même lorsque Canada’s Wonderland - une bien meilleure option pour la plupart - est arrivé, mes amis et moi avons toujours passé une journée à The Ex jusqu’à notre adolescence. L’objectif de gagner un animal en peluche géant avec nos parents s’était peut-être transformé en celui de rencontrer des filles torrides de Toronto, mais la vraie raison pour laquelle nous étions toujours présents était parce que c’était une tradition avec laquelle nous avions tous grandi. Le problème avec le CNE cependant, c’était que ce ne serait pas nécessairement le cas pour les générations futures.

Avec l’ouverture, en 1981, du Wonderland mentionné plus haut, ainsi que de nombreuses autres opportunités de divertissement qui ont continué à surgir, le CNE a connu des difficultés. Son chiffre de fréquentation de 3,6 millions de visiteurs en 1978 est depuis tombé à une moyenne annuelle d’environ 1,5 million - même si la population de la grande région de Toronto a grimpé en flèche au cours de cette même période de 45 ans. L’Ex est toujours un solide générateur de revenus pour la ville et la province, mais ses jours de gloire sont définitivement passés.

Cette histoire vous rappelle quelque chose ?

Les courses de chevaux Standardbred au Canada, comme The Ex, étaient à peu près le seul jeu en ville à l’époque - parlant dans notre cas, de l’argent du jeu. Malheureusement, vous avez déjà entendu cette chanson, mais malheureusement aussi, c’est vrai. Depuis que d’autres opportunités de jouer se sont présentées, l’intérêt pour notre produit, la fréquentation et les revenus ont chuté. Le CNE a fait des choses pour essayer de se sauver, nous aussi… mais dans les deux cas, est-ce suffisant ?

Nous avons encore des pistes qui font un excellent travail pour promouvoir l’expérience en piste, et nous avons toujours des gens qui assistent aux courses et parient sur notre sport, tout comme les gens vont toujours à The Ex. C’est comme ça aujourd’hui. Cependant, sans autant d’opportunités disponibles pour séduire les gens avec une expérience intéressante sur la piste, qu’avons-nous trouvé à la place pour attirer les clients de demain ?

Il y a quelques mois à peine, j’ai interviewé le méga propriétaire de chevaux, Eric Cherry, pour un reportage dans le TROT, et il y a déclaré que notre avenir ne dépendait pas du fait d’amener les gens à la piste, mais plutôt de les exposer à notre produit en ligne. Il a dit que bien que 75 000 personnes puissent assister à un match de la NFL en direct, des dizaines de millions le regardent en ligne ou à la télévision… et il a raison. Mais voici le problème : les gens sont exposés au football de bien plus de façons que nous ne les exposons aux courses de chevaux. Nous n’avons pas 75 000 personnes qui assistent à l’un de nos événements, encore moins une fois par semaine dans 16 lieux différents. Donc, si nous ne concentrons toujours pas nos efforts, dans une certaine mesure, sur le fait d’amener les gens à la piste, comment est-ce que nous puissions les faire regarder et parier en ligne un jour dans le futur ?

Mes amis et moi sommes toujours allés à The Ex annuellement pendant de nombreuses années, même après l’apparition d’options plus agréables telles que Canada’s Wonderland. Comme mentionné, c’était à cause de la tradition plus qu’autre chose. “The Flyer” n’a rien à voir avec les pires montagnes russes du « Wonderland », et nous avons en fait réalisé qu’il y avait aussi de jolies filles au « Wonderland ».  Par contre, la tradition nous a quand même ramenés à The Ex… pendant un certain temps du moins.

Nous avons encore des gens qui visitent nos pistes, mais beaucoup d’entre eux, comme moi, le font encore parce que nous avons été attirés à l’origine par les incroyables expériences sur la piste dont nous avons été gâtés dans notre jeunesse. Des expériences difficiles, voire impossibles, à vivre aujourd’hui.

Récemment, mon fils et moi avons assisté à un concert à la scène Budweiser, près des terrains du CNE, à Toronto. Notre marche, de la station de train jusqu’au lieu du concert, a été un peu déviée du chemin habituel parce qu’ils se préparaient pour l’Ex 2022. Alors que nous descendions l’allée clôturée vers la salle de concert, mon fils m’a étonnamment annoncé que bien qu’ils soient déserts pour le moment, c’était la première fois de sa vie qu’il voyait les manèges, les jeux et les stands de nourriture de l’infâme CNE.

Lorsque, pour la première fois, il a prononcé ces mots autrefois impossibles à entendre de la part d’une personne d’une vingtaine d’années qui avait grandi juste à l’extérieur de Toronto, j’ai immédiatement supposé qu’il se trompait. Étais-je vraiment un si mauvais parent que je n’avais jamais emmené mon enfant à The Ex? Puis ça m’a frappé… bien sûr, il avait raison en ce sens qu’il n’y était jamais allé, parce qu’il avait été au « Canada’s Wonderland » presque chaque année de sa jeune vie à la place ! Ses bons souvenirs de parc d’attractions d’enfance venaient du « Wonderland » , et c’est donc maintenant plus que probablement l’endroit où il finira par emmener ses propres enfants un jour. Pourquoi les emmènerait-il à The Ex alors que l’endroit ne signifie rien pour lui ?

La possibilité de diffuser correctement notre produit et de permettre aux gens du monde entier de parier dessus est évidemment une part importante de notre avenir. Loin des yeux, loin du cœur, c’est bien réel, mais nous ne pouvons pas laisser mourir la tradition d’aller à l’hippodrome. Si nous ne continuons pas à proposer une présentation en direct de premier ordre et à encourager les gens à venir la voir par eux-mêmes, qui, pensons-nous vraiment, regardera nos courses en direct dans 30 à 40 ans ?

Dan Fisher - [email protected]