view counter
 
view counter
 
 

Son nom dit tout.

Point De Vue

SO MUCH MORE de coeur.

SO MUCH MORE de désir.

SO MUCH MORE de cran.

SO MUCH MORE de détermination.

Je pourrais dresser une liste des.nombreux autres attributs démontrés au cours des quelques dernières années par la poulinière ambleuse âgée, gagnante de l’O’Brien Award, So Much More, mais je pense que vous m’avez compris.

Je pense que ce que j’aime le plus des courses de Standardbreds, c’est l’émotion qu’elles font surgir de temps à autre, tant en moi que chez d’autres participants dans d’autres sports. Lors de récentes entrevues d’après-course que j’ai vues, il y avait comme invités Nick Gallucci (la victoire de Prohibition Legal’s le 17 août) et Robert Shepherd (victoire en Gold Cup & Saucer), au bord des larmes – j’aime cela.

Chris Christoforou a récemment gagné un événement de l’OSS Gold Event, avec un poulain, propriété et élevé par son père et entraîné par son épouse, dans le deuxième départ à vie du poulain, et cela ressemblait à une célébration de la Coupe Stanley dans le cart tout juste après avoir franchi le fil d’arrivée. L’un de mes meilleurs souvenirs du Canadian Pacing Derby fut celui remporté par Courtly Choice en 2019, simplement à cause de la façon dont James MacDonald célébra la victoire dès avoir franchi le fil d’arrivée.

J’ai été assez chanceux d’expérimenter quelques grandes victoires (du moins à mes yeux) dans notre sport à titre de propriétaire, d’entraîneur et de palefrenier, et je dois admettre que, pour moi, les tâches d’entraîneur et de soigneur m’ont fait vivre plus d’émotions. Peut-être que quand votre sang et vos sueurs sont plus impliqués, les larmes de joie coulent plus facilement? Mais il y a eu certains chevaux, au cours des ans, certains avec lesquels je n’ai eu rien à faire avec, qui me pompent presqu’autant qu’ils le feraient s’ils étaient les miens.

So Much More est un de ceux-là.

Shady Hill Pride en était un autre.

Au début de ma vingtaine, mes amis et mois allions visiter Greenwood et Mohawk régulièrement. Pour autant que je dispose d’un minimum de 40 $ à -50 $ à jouer, j’allais à la piste à chaque occasion que j’avais.

Shady Hill Price était un cheval à réclamer de haute gamme ou un type Jr. FFA qui pouvait ambler un 1/8ième de mille aussi vite que n’importe quel autre cheval que j’aie vu. Il partait dernier à chaque semaine, et à la moitié, il était habituellement bien à l’écart de l’avant-dernier cheval. Il les rattraperait en se dirigeant vers le tournant le plus éloigné, à trois ou quatre de large à mi-chemin, pour ambler la portion Greenwood comme si sa queue était en feu. Il amblait tellement rapidement que vous ne pouviez que voir sa poitrine tremblant de gauche à droite comme un engin à vapeur tournant ses roues. J’aimais tellement regarder ce cheval se diriger vers la maison, que je me souviens conduire de mon domicile à Pickering vers Greenwood Racetrack (en un minimum de 40 minutes peu importe comment c’était irresponsable de faire cela à cet âge), Sans argent en poche, juste pour le voir courser. L’émotion qu’il créait en moi n’avait pas de prix – le jeu à ce point-là, était totalement non nécessaire.

Quelques autres chevaux au fil des ans, m’ont énormément emballé juste du fait de les regarder courser, même si je n’avais aucune autre connexion avec eux que cela. Somebeachsomewhere (ne nous a-t-il pas tous fait cela?) Bee A Magician et Precious Bunny me viennent à l’esprit, mais ils étaient tous les plus grandes étoiles du sport à ce moment-là.

Shady Hill Pride n’en n’était pas, et bien que So Much More soit définitivement une étoile de son plein droit, ce ne sont pas des choses comme des victoires par sept longueurs en 1 :48 qui m’ont fait l’adorer. C’est le fait qu’elle soit plutôt petite, juste nourrie décemment, et entraînée et propriété de participants moins connus – mais quand elle entre en piste rien de tout cela ne lui importe. Vous allez devoir la regarder droit dans les yeux et avoir plus de cœur et de talent qu’elle en a pour la vaincre, et dans la plupart des occasions, cela n’arrive jamais (elle a gagné 38 de ses 79 départs en carrière.)

Alors « Merci i », éleveur Doug MacPhee, propriétaire/entraîneur, Don Beatson, conducteur Jamaes MacDonald, co-propriétaires Ken Beatson et Cole England, et MERCI BEAUCOUP PLUS, pour les émotions. J’aime la sensation quand un cheval course.

Bonne chance lors du prochain événement Roses Are Red le 4 septembre et le Milton Stakes le 25 septembre. Contrairement à vous, quelques-uns de vos rivaux lors de ces événements peuvent indiquer 1 :47 et changer de vitesse à 1 :48, mais cela n’a pas toujours d’effet. Ils vous regarderont probablement dans les yeux à un certain moment, pour savoir si oui ou non mon argent est présentement sur vous, mon argent est sur vous. Je vais vous encourager de toutes mes forces comme si je vous possédais, et gagne, ou perd ou tire lors de ces grands événements, tu seras toujours un gagnant à mes yeux.

Dan Fisher
[email protected]


view counter
 
 
 

© 2021 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal