#LongLiveTheDream (Longue vie au rêve)

La fermeture des courses, pour la dernière fois, à Pompano Park le 17 avril, m’a tout autant attristé que quiconque. Bien que je n’aie jamais couru là-bas, j’y ai fait du jogging et entraîné des chevaux, et à part Mohawk, Woodbine et Greenwood, Pompano est probablement l’hippodrome que j’ai le plus fréquenté en tant que fan de courses au fil des ans. C’était toujours une grande sensation de se tenir au bord de la piste, de sentir la brise chaude sur votre visage, quelques heures seulement après avoir monté (embarqué) dans un avion à Pearson par un froid matin d’hiver.

 J’ai cependant été un peu troublé par le hashtag « LongLiveThePomp » que j’ai vu circuler dans les jours qui ont précédé la fermeture de « la capitale hivernale des courses attelées. » Je pense que j’ai compris ce que les gens exprimaient (disaient) - ils voulaient dire que l’hippodrome vivra dans leur cœur et dans leur mémoire. Je suis désolé, mais pour moi, c’est loin d’être suffisant.

Pour moi, chanter « LongLiveThePomp  » le jour de sa fermeture définitive, c’est comme fermer la porte de la grange après que le cheval soit déjà sorti. Et dans le cas présent, ce dicton n’est que trop fort, car à partir du 1er mai, les chevaux auront tous quitté les écuries de Pompano et les portes derrière eux se fermeront - pour la dernière fois.

Nous avons perdu Greenwood. Nous avons perdu Woodbine (pour les chevaux de race Standardbred). Nous avons perdu Roosevelt, Windsor, Kingston, Belleville, Woodstock, Blue Bonnets et bien d’autres. Maintenant, nous avons perdu Pompano Park.

Le mois dernier, Eric Cherry nous a dit que notre avenir ne devrait pas consister à amener les gens à l’hippodrome de toute façon. Il a fait valoir - à juste titre - que si seulement 70 000 personnes peuvent assister en personne à un match de la NFL, des millions et des millions de personnes regardent ce même match à la télévision. Il est important que les courses s’en souviennent et que nous utilisions au mieux les technologies modernes pour mettre notre produit devant le plus grand nombre possible d’yeux.  Mais il y a un hic...

Si nous avons de moins en moins de pistes, comment diable allons-nous susciter l’intérêt des gens ?

Pourquoi avez-vous - vous qui lisez ces lignes - commencé à vous y intéresser ? Est-ce parce que vous êtes allé un jour sur une piste et avez vu ces magnifiques animaux courir en direct ? Ou parce que vous avez vu une course de deux minutes sur le téléphone de votre ami ?

Pour moi, et je suppose pour beaucoup d’entre vous, j’ai été attiré par l’expérience de l’hippodrome. Maintenant j’y suis - j’y suis pour la vie. Je n’ai plus jamais à fréquenter un circuit et j’y suis toujours pour la vie. Mais nous n’avons pas besoin de m’attirer moi - nous avons besoin d’attirer la prochaine génération.

Beaucoup me disent qu’ils sont allés aux courses pour la première fois avec leurs amis alors qu’ils étaient à l’école. « Je suis allé à l’université à Windsor et nous allions aux courses le vendredi soir », se souviennent-ils.

Certains disent des choses comme : « Mon grand-père et moi avions l’habitude de prendre le tramway pour aller à Greenwood le dimanche après-midi en hiver. »

Windsor a disparu, tout comme Greenwood, ce qui signifie que la plupart des enfants de Toronto et des jeunes de Windsor n’auront probablement plus jamais d’histoires à raconter. Et ça, pour moi, c’est inquiétant.

Ce numéro de TROT est cependant consacré aux deux ans. Il s’agit de l’avenir et non du passé. Les jeunes de deux ans rêvent plutôt d’avoir le prochain bon cheval.

J’ai eu la chance de pouvoir reprendre un peu le jogging au cours des 4 ou 5 derniers mois, en aidant un bon ami à entraîner et à faire du jogging avec des chevaux une fois tous les 7 à 10 jours quand je trouve le temps. Cela m’a manqué et j’aime ça, mais plus que tout, je pense que m’asseoir derrière un groupe de deux ans certains matins - même s’ils ne m’appartiennent pas - m’a rappelé ce rêve, et à quel point il est puissant.

Oui, avec les deux ans, chaque printemps, viennent les rêves - les rêves de ce qui pourrait être. Ils peuvent nous enlever nos pistes mais ils ne peuvent pas nous enlever nos rêves. Le peuvent-ils ? Si nous les laissons faire, ils le peuvent peut-être. Si un jour il n’y a plus de pistes, il n’y aura plus de rêves.

 Après sa fermeture, j’ai lu une citation d’un jeune pilote de la colonie des conducteurs de Pompano qui disait ne pas connaître tous les détails de ce qui a conduit à la disparition de Pompano. Il a dit en gros qu’il aurait souhaité que la piste ne ferme pas, mais qu’il espère qu’une autre piste ouvrira un jour en Floride... et si c’est le cas, il sera là pour courir.

Souhaiter et espérer, c’est comme envoyer des «pensées et des prières » après une autre fusillade dans une école. C’est bien trop peu et c’est bien trop tard.

Je suis désolé, mais cette façon de penser est inacceptable pour l’avenir. Je me rends compte que vous travaillez probablement 60 heures par semaine et que vous n’avez pas beaucoup de temps supplémentaire pour vous impliquer - beaucoup d’entre nous dans ce secteur travaillent de longues heures. Mais si nous voulons prospérer, si nous voulons même exister dans 50 ans, nous ferions mieux de nous impliquer un peu plus en faisant ce que nous pouvons pour contribuer à assurer notre avenir. Personne d’autre ne le fera pour nous.

#LongLiveTheDream (Longue vie au rêve)

Dan Fisher - [email protected]