view counter
 
view counter
 
 

Merci, Trevor (et félicitations).

Point De Vue

Quand des gens et/ou des chevaux sont admis au Temple de la Renommée des Courses de chevaux Canadiens, tout comme tous les autres intronisés au Temple, ils y entrent en fonction de leurs statistiques. C’est tout simplement la meilleure méthode et la plus facile pour quantifier une carrière sportive.

Au baseball, aisément pour le membre le plus fort à faire son entrée au Temple de la Renommée en Amérique du Nord, c’est pratiquement du gâteau si, en tant que frappeur vous frappez 500 coups de circuit, ou en tant que lanceur, vous gagnez 300 parties. Et avec une longue liste d’importantes victoires telles l’Hambletonian, la North America Cup, le Meadowlands Pace, le Maple Leaf Trot, ainsi que de multiples autres titres de la Breeders Crown (pour n’en mentionner que quelques-uns) statistiquement. Trevor Ritchie mérite plus que quiconque d’entrer au Temple, comme ce sera le cas en août prochain. Mais dans le cas de ‘Trottin Trev’, mon expérience personnelle me dit qu’il y a plus à l’histoire que les statistiques – alors j’aimerais vous les partager.

J’avais environ 15 ans la première fois que j’ai rencontré l’homme, je faisais le paddock pour un cheval à Greenwood pour ma toute première fois. Pour un enfant qui n’avait été que dans un paddock à Kawartha et Barrie, ainsi que juste dans la grande tribune à Greenwood, c’était GROS. J’étais nerveux. Le paddock à cet endroit, ne pouvait tenir les chevaux de trois courses, et durant les quelque 45 minutes environ où nous y étions, les choses allaient rondement.

Quelque 14 ou 15 minutes avant de prendre position pour notre course, j’étais prêt à y aller. En y réfléchissant bien, je ne suis pas certain de l’endroit où mon entraîneur avait disparu, mais j’ai pensé qu’il était probablement à la cuisine, là où la soupe à l’intention des hommes de chevaux était renommée en ces temps-là. J’avais remarqué que plusieurs des conducteurs à la pige y apparaîtraient tout simplement au moment où les chevaux étaient amenés, alors je savais qu’il serait assez facile de ne suivre et vérifier mon cheval avec les autres quand nous serions appelés. Il restait encore 3 ou 4 minutes avant que l’appel vienne, alors que je vis notre conducteur, Trevor Ritchie, qui s’approchait de moi. Pourquoi faisait-il cela? Je suis devenu un peu plus nerveux.

Me tendant la main, et se présentant (comme si je ne savais pas qui il était), notre conducteur paraissait très amical. Ma nervosité s’est un peu calmée.

Puis il ouvrit la poche frontale de son costume et en retira une copie du programme de la soirée. Je n’avais jamais vu un conducteur avoir un programme dans son costume. En ouvrant le programme pour notre course (je crois que c’était une première course ou une course de chevaux à réclamer à bas prix), Trevor commença à discuter avec moi, me posant des questions au sujet de notre cheval, et parlant de la façon dont tous les deux nous voyions le déroulement de la course. Je m’en souviens comme si c’était hier – j’étais sidéré. Un conducteur de relève d’exception comme lui me demandant, à moi, un adolescent tout vert, mon opinion sur ce qui était sur le point d’arriver en piste? Quelqu’un était-il en train de me jouer un tour? Était-ce un épisode de Candid Camera?

« Non, » fut la réponse à ces deux questions. Il ne voulait qu’entendre ce que j’avais à dire.

Mes nerfs se sont pratiquement calmés.

Merci Trevor.

La plupart des gens savent que c’est difficile pour un enfant de faire son entrée dans ce sport, quand il s’agit de gens vous demandant votre avis ou voulant entendre ce que vous avez à dire. Oui, nous devons tous mériter nos galons – c’est tout simplement correct. Mais qu’un conducteur de si haut niveau (OJC) donne beaucoup de confiance à un jeune enfant un certain soir, il y a plusieurs années, et voilà quelque chose dont cet enfant se souviendra à jamais. La plaque de Trevor ne mentionne sans doute quoi que ce soit sur de telles choses dans le Temple, mais pour moi, c’est beaucoup plus important que n’importe quelle statistique révélera.

Peut-être n’est-ce que justifié que, quelques années plus tard, le même Trevor Ritchie occupait le siège du conducteur lorsque j’ai remporté ma plus grande victoire à titre d’entraîneur, quand il menait ma fille, Pronovais, dans une course ‘stake’ dans une victoire record en 1:52.2 à Woodbine, lors de la finale Damsel Stakes 2004 pour la somme de 115 000 $.

Merci encore, Trevor.

Dan Fisher
[email protected]


view counter
 
 
 

© 2019 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal