view counter
 
view counter
 
 

Melanie Gaudreault – A Team Effort

Published: September 8, 2021 10:28 am ET

No Comments | Jump to Comments

Leading up to the 2021 edition of National Caretaker Appreciation Day events taking place the week of September 20-26, Standardbred Canada will profile caretakers from across the country in our Faces of Racing series. The series continues with a profile on Melanie Gaudreault of Pintendre, Que., employed by the Marc Lemay Stable in Levis, Que.


“Listening to the horse's needs and always ensuring its well-being is important if you want to get anything out of the horse. It’s a team effort between the horse and me.”

This is how Quebec-based caretaker Melanie Gaudreault, who has worked in the industry for 15 years, defines good horsemanship. This personal mantra along with listening, patience and perseverance are what guides her daily routine to ensure her horses are healthy both physically and mentally.

A resident of Pintendre, Que., as a youngster, Melanie would follow along with her dad, Jean Marc Gaudreault, who trained horses from the early 90s through 2003 when he raced at Hippodrome Trois-Rivières (3R).

Her first job as a caretaker was in Gabriel Boily’s barn, thanks to an introduction from her friend, Melanie Plourde.

Gaudreault is currently working for the Marc Lemay Stable in Levis, Que., where she has been working for 10 years. She is responsible for the care of 13-year-old trotter R RKadabra, eight-year-old pacer Spider Man Hanover and four-year-old trotter Muscles Forever, who has won two of his last three races at 3R.

“R RKadabra is one of my favourites now,” Melanie confirmed. “When he arrived at the farm, he was not my best friend because he was hurting but since he came back to race, he is my favourite. He has a big heart just like a teddy bear.”

Last October, Spider Man Hanover put together a three-race win streak and LeMay was quick to credit Melanie for her role in his success when he joined the stable.

“Melanie quietly discovered what worked best with him. It didn't happen overnight, but through trial and error she came to the conclusion that we don't harness him. We just tow him and he spends his days outside. Melanie was also responsible for noting and fixing a handful of other small problems, ‘common’ to crazy horses.”

In 2015, Melanie had one of the greatest highlights during her tenure as Sea Donkey, a horse in her care, won the 105th edition of Quebec’s Le 5 Milles race at Hippodrome del la Vallee in Charlevoix.

Success does not come without its share of challenges and keeping a horse race ready and in peak condition takes a great deal of work. “But when the horse is sound and gives 100 per cent on the track, it’s very rewarding after working weeks to get him there,” she explained.

Melanie recognizes the versatility of the Standardbred breed.

“You just need to teach them anything and they will do it. I go on the track with a harness or in the woods with a saddle and they do the job.”

She also confesses that she has a bit of a ritual with her horses when they race.

“Before each race, walking for the parade, I kiss every one of them over the left eye and I tell them: 'You’re the best!'”

Melanie enjoys spring time in the stable, when they are getting the horses ready to qualify after having time off, and shared a funny story about one qualifying experience.

“I sometimes have a bad habit of putting too many things in the harness bag. Because we don’t race during the winter, when we go back to the track to qualify in May, I don’t exactly remember what the horse wears so one day, on my horse Spider Man Hanover; I had a Murphy blind, a pole and a line pole in the bag. I put it all on the horse … except that he never wore a Murphy blind in the past and the pole was on the opposite side. You can imagine that he was not really straight on the track."

Right now her goal is to win the Preferred race at 3R as she doesn’t plan on leaving that racing community any time soon.

“I want to continue to take good care of my horses and every race we’re in is an achievement.”

To help her progress in her role and for the benefit of her horses, she has just started an Equine Massage Therapy course, learning equine biomechanics, under the tutelage of renowned Equine Therapist Marie-Sophie Sylvestre.

Melanie has some advice for the up and coming generation who wish to pursue a career in harness racing: “Do it because you love the horses. Follow your instinct and think about the animal first. Money is not the only object. You have to think long term."

“It’s a really good initiative,” says Melanie about the National Caretaker Appreciation Day events. “When a horse has success, we don’t often hear about the groom but often about the trainer. We spend a great deal of time with the horse, so it’s nice to be recognized.”


Melanie Gaudreault – Un effort collectif

« Prêter l’oreille aux besoins du cheval et toujours s’assurer de son bien-être est important si vous voulez en obtenir quelque chose de sa part. C’est un effort d’équipe entre le cheval et moi. »

C’est ainsi que Mélanie Gaudreault, une soigneuse du Québec, qui a travaillé dans l’industrie durant 15 années, définit une bonne équitation équestre. Ce mantra personnel accompagné d’écoute, de patience et de persévérance, sont ses guides dans sa routine quotidienne pour s’assurer que ses chevaux sont en santé tant physiquement que mentalement.

Résidente de Pintendre, au Québec, dans sa jeunesse, Mélanie allait suivre les traces de son père, Jean Marc Gaudreault, qui entraînait des chevaux depuis le début des années 1990 jusqu’en 2003, alors qu’il coursait à l’Hippodrome de Trois-Rivières (3R).

Son tout premier emploi à titre de soigneuse fut à l’écurie de Gabriel Boily, grâce à une présentation faite par son amie, Mélanie Plourde.

Gaudreault travaille présentement pour le compte de l’Écurie Marc Lemay à Lévis, au Québec, où elle y est depuis dix ans. Elle est responsable des soins dispensés au trotteur âgé de 13 ans R RKadabra, un ambleur âgé de huit ans, Spider Man Hanover, et du trotteur de quatre ans Muscles Forever, qui a gagné ses deux de ses trois dernières courses à 3R.

« R RKadabra est l’un de mes favoris maintenant » confirme Mélanie. « Lorsqu’il est arrivé à la ferme, ce n’était pas mon meilleur ami parce qu’il avait du mal, mais depuis qu’il est revenu à la course, il est mon préféré. Il a un cœur gros comme un nounours. »

En octobre dernier, Spider Man Hanover a réussi une série de trois victoires consécutives et LeMay s’est empressé d’en accorder tout le crédit â Mélanie pour son rôle dans son succès quand il s’est joint à l’écurie.

« Mélanie a vite découvert ce qui fonctionnait le mieux avec lui. Ce n’est pas arrivé du jour au lendemain, mais suite à des essais et erreurs elle en est venue à la conclusion qu’il ne fallait pas l’atteler. Nous ne faisions que le conduire au champ où il passait ses journées dehors. Mélanie était aussi responsable de noter et de régler une poignée d’autres petits problèmes ‘communs chez les chevaux fous. »

En 2015, Melanie a connu l’un de ses meilleurs moments durant ses fonctions, lorsqu’un cheval sous ses soins gagna la 105ième édition de la Course du 5 Milles de Québec à l’Hippodrome de la Vallée à Charlevoix.

Le succès ne vient jamais sans sa part de défis et garder un cheval de course prêt et en condition maximale, nécessite une grande charge de travail. « Mais quand le cheval est en bonne santé et donne son 100 % en piste, c’est très gratifiant après avoir travaillé des semaines pour l’emmener là, » explique-t-elle.

Mélanie reconnaît la versatilité de la race Standardbred.

« Vous n’avez qu’à leur enseigner n’importe quoi et ils le feront. Je vais sur une piste avec un harnais ou dans les bois avec une selle, et ils font le travail. »

Elle confesse aussi qu’elle a un petit rituel avec ses chevaux quand ils coursent.

« Avant chaque course, durant la marche du défilé, j’embrasse chacun d’eux au-dessus de l’œil gauche et je leur dis : vous êtes les meilleurs. »

Melanie profite du printemps dans l’écurie, quand ils préparent les chevaux pour leur qualification après leur temps de repos, et elle nous a partagé une anecdote amusante lors d’une expérience de qualification.

« J’ai parfois la mauvaise habitude de mettre trop de choses dans le sac-harnais. Puisque nous ne coursons pas durant l’hiver, quand nous retournons en piste pour les qualifications en mai, je ne me souviens pas exactement de ce que porte le cheval alors, un jour, sur mon cheval Spiderman Hanover, j’avais dans mon sac, un mirphy aveugle, un poteau et une ligne de poteau dans le sac. J’ai tout mis cela sur le cheval… excepté qu’il n’avait jamais porté de mirphy aveugle dans le passé et que le poteau était du côté opposé. Vous pouvez vous imaginer qu’il n’était pas très droit en piste. »

Présentement, son objectif est de gagner la course ‘Preferred Race à 3R puisqu’elle ne planifie pas quitter cette communauté de course de sitôt.

« Je veux continuer à prendre bien soin de mes chevaux et chaque course à laquelle nous participons est une réussite. »

Afin de l’aider à progresser dans son rôle et pour le bénéfice de ses chevaux, elle vient tout juste d’entreprendre une formation en massage équin (biomechanics) et de massage équin, sous le tutorat de la renommée thérapeute équine Marie-Sophie Sylvestre.

Melanie conseille à la jeune génération montante désireuse de poursuivre une carrière en courses attelées - « Faites-le parce que vous aimez les chevaux. Suivez votre instinct et pensez d’abord à l’animal. L’argent n’est pas que le seul objectif. Vous devez penser à long terme. »

« C’est réellement une très belle initiative, » dit Melanie au sujet des événements du ‘National Caretaker Appreciation Day. « Quand un cheval a du succès, nous n’entendons pas souvent parler de son soigneur mais souvent de l’entraîneur. Nous passons beaucoup de temps avec le cheval, alors c’est bon d’être reconnus. »


view counter
 
 
 

© 2021 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal