L’Équipe de Rêve : Annie, Lynn, Iggy & Cie.

Rencontrez l’entraîneur Annie Stoebe, une ancienne compétitrice de rodéo gagnante d’une bourse d’étude au Montana, qui, il y a à peine huit ans, n’avait même jamais entendu parler de courses sous harnais. Rencontrez le propriétaire Lynn Curry, un homme d’affaires prospère qui a soigné les Standardbreds à The Meadows à la fin des années 60 avant de partir à l’université, et qui n’a jamais possédé de cheval avant 2020. Découvrez maintenant comment le destin a semblé les amener tous les deux dans un partenariat, qui en seulement 21 départs les a vus capturer l’un des événements phares des courses pour les pouliches de 2 ans, trotteuses. Par Keith McCalmont // Traduction Manon Gravel

 

La persévérance est le moteur qui pousse les personnes talentueuses vers leurs rêves et leurs objectifs.

L’entraîneur Annie Stoebe, 34 ans, originaire du Montana, vient de réaliser l’un de ses rêves, le 6 août dernier, lorsque Instagram Model, appartenant à Lynn Curry a remporté le « Jim Doherty Memorial », doté d’une bourse de 355 000 $ le jour de l’Hambletonian à the Meadowlands. Elle a parcouru un long chemin depuis son ancienne vie de courses de barils boursière au Wetherford College au Texas.

« À la moitié de l’année [scolaire], j’ai eu un très grave accident de rodéo et mon cheval a été tué », a déclaré Stoebe.  « Je suis retournée dans le Montana et j’ai pris un congé sabbatique de la course de barils pendant quelques années. Ce n’est pas un sport facile, c’est certain. Ce que j’ai appris, c’est que tout le monde a des hauts et des bas dans sa vie, et la meilleure chose à faire est de profiter des sommets. Lorsque vous êtes dans les creux sombres, sachez qu’à un moment donné, vous allez revenir au sommet… vous n’avez qu’à vous y frayer un chemin.

Les chevaux ont toujours occupé une grande place dans la vie d’Annie, mais pas les chevaux de course.

À l’âge de 9 ans, Stoebe entraînait déjà des poneys à problèmes, ce qui a finalement suscité son intérêt pour les courses de barils, un événement de rodéo dans lequel le cheval et le cavalier traversent un motif de trèfle autour de barils dans une course contre la montre. Elle était assez douée pour obtenir une bourse et, contrairement à la plupart des athlètes universitaires, gagner de l’argent en compétition.

« Le rodéo est le seul sport universitaire où vous pouvez gagner de l’argent et ce n’est pas illégal », a déclaré Stoebe. « Quand vous allez à un rodéo, vous payez pour vous inscrire et vous êtes payé en vous qualifiant. Il y a en fait un échange d’argent même si c’est un sport universitaire. »

Stoebe a finalement laissé derrière elle cet argent potentiel et le monde du rodéo, mais pas le rêve de travailler avec des chevaux pour gagner sa vie. Elle n’avait même jamais entendu parler des courses de Standardbred jusqu’en 2015, mais c’est alors qu’elle est arrivée dans le New Jersey où, grâce à la recommandation d’un ami, elle a pris un emploi avec l’entraîneur Brett Bittle. En quelques années, elle a également participé à un certain nombre de circuits de conducteurs amateurs.

« Quand j’ai commencé pour Brett, je joggais les chevaux durant les deux premières semaines », sourit-elle. “J’ai aussi « donné des milles » d’entraînement peu de temps après cela aussi. »

Autant elle était adepte des courses de barils, elle dit que s’asseoir sur le sulky, derrière un cheval de course, est un plaisir encore plus grand.

« Lorsque vous faites une course de barils, c’est vous et votre cheval dans l’arène et vous allez aussi vite que vous le pouvez - mais jusqu’à ce que le chronomètre s’arrête [sur le dernier concurrent] vous ne savez pas si vous avez gagné”, a déclaré Stoebe. “Alors qu’en course attelée, vous descendez le dernier droit et pouvez regarder votre adversaire dans les yeux et vous et le cheval faites tout ce que vous pouvez pour traverser le fil en premier. C’est une expérience incroyable.

Elle a tout de suite été stupéfaite par les différences financières entre les deux disciplines équines.

« Au rodéo, vous payez 100 $ pour vous inscrire et courir contre 100 personnes pour peut-être gagner quelques centaines de dollars, mais vous êtes assis sur un animal de 50 000$ à 100 000$, » a déclaré Stoebe. “Alors, quand j’ai déménagé dans le New Jersey et que je suis entrée dans les Standardbreds, j’ai réalisé que vous pouviez réclamer un cheval pour aussi peu que 10 000 $ et courir contre sept autres chevaux mais pour combien ?

« Alors, j’ai vendu mon cheval de baril et j’ai réclamé mon premier cheval de course, Uriel. Je suis entrée dans les amateurs et je n’ai jamais regardé en arrière. »

Eh bien, pour ainsi dire, c’était un Uriel « front runner » qui propulserait Stoebe vers sa première victoire aux guides, lors de son cinquième départ avec pari mutuel seulement, lors d’une froide soirée de décembre 2017 à The Meadowlands, quittant la barrière à une cote de 64/1 et gagnant par 7 ¾ longueurs.

« Je regarde toujours la rediffusion », a déclaré Stoebe en riant. « Dans le dernier droit, je regarde partout autour de moi pour voir s’ils viennent me rejoindre. Il faisait si froid ce soir l-là. Je pleurais des larmes de joie en revenant dans le cercle des vainqueurs et les larmes me gelaient au visage. »

* * * *

Ils disent que ce n’est pas ce que vous savez dans la vie, mais qui vous connaissez. En ce qui concerne à la fois Stoebe et Lynn Curry, le vétéran entraineur Brett Bittle est un bon gars à connaître.

« Je donnais des cours d’équitation à la femme d’un vétérinaire et la femme savait que j’étais tannée des chevaux d’équitation... elle m’a dit d’aller voir Brett », se souvient Stoebe. « Je suis allée passer une interview et il a dit qu’il ne pensait pas que je me présenterais le lendemain, mais j’étais là et le reste appartient à l’histoire. »

Elle n’avait que 26 ans à l’époque, mais elle a passé plus de six ans avec Bittle, apprenant les rudiments des course de chevaux.

« Brett est un gars formidable. Il aime ses chevaux et il veut toujours faire de son mieux avec eux », a déclaré Stoebe.

Et donc Stoebe s’est soudainement retrouvée dans un sport équestre de compétition et cela a attisé son ambition.

« Depuis que je me souvienne, je suis passionnée par les chevaux, mais dans l’éventail des choses, il est difficile de faire carrière dans les chevaux, de gagner sa vie et de se nourrir », a déclaré Stoebe. « Dans les courses Standardbred, j’ai découvert que je pouvais être avec des chevaux toute la journée et continuer à gagner ma vie, et j’aime vraiment ce que je fais. Peu de gens vont travailler tous les jours avec impatience et aiment leur travail. Il y a des jours en hiver où je suis grincheuse parce qu’il fait si froid et que j’ai froid aux os, mais il n’y a toujours rien d’autre que je préfère faire.

Les leçons apprises durant son séjour avec Bittle comprenaient l’élaboration d’un programme d’entraînement spécifique à chaque cheval.

« Au lieu d’avoir un programme fixe et que chaque cheval fasse la même chose – que ce soir  la vitesse à laquelle il s’entraîne jusqu’à une double à chaque séance d’entraînement - il a créé un programme différent pour chaque cheval en fonction de ce dont il avait besoin à l’époque »,  a déclaré Stoebe. « Un cheval peut vivre à la ferme et s’entraîner deux fois par semaine. Un autre pourrait s’entraîner un peu chaque jour. En raison de la taille de son écurie, il pouvait donner à chaque cheval un programme différent au lieu de “faites-le ou pas, c’est notre programme”.

Stoebe, qui a remporté le « Doherty » à son 90e départ en carrière, a aussi adopté cette approche dans son écurie de taille modeste. Et elle a pris à cœur les leçons de Bittle, y compris un axiome appliqué à Instagram Model, son vainqueur de stakes modestes.

« Brett me disait : ‘Un cheval, c’est comme une barre de savon. Quand ils sont jeunes, cette barre de savon est encore plus petite et plus vous les utilisez, moins il en reste », se souvient Stoebe. « C’est une énorme déclaration. Quand il s’agit de les « staker » et de choisir quand ils vont courir, j’y repense toujours. Est-ce que cette course vaut la peine d’utiliser la barre de savon pour cela ? Lorsque vous définissez une stratégie, les chevaux ne durent pas éternellement, vous devez donc analyser et choisir vos événements. »

Ce niveau de planification est quelque chose qui plairait au propriétaire Lynn Curry, diplômé de la Penn State University avec un diplôme en génie industriel.

De 1967 à 1969, le jeune Curry a en fait travaillé comme palefrenier à The Meadows Racetrack pour l’entraîneur Rocky Rapone, frère de Lou Rapone.

« À l’époque, je l’avais fait. Mon salaire était de 35 $ par semaine pour 2 000 heures normales », a déclaré Curry en riant. “J’y travaillais lorsqu’on a ouvert les portes en tant que premier centre de divertissement du sud de la Pennsylvanie. Ils ont affrété 15 autobus par soir en provenance de Pittsburgh et il fallait payer pour entrer.

« Stanley Dancer était le plus grand entraîneur à l’époque. Vous aviez besoin d’un palefrenier pour chaque cheval [le soir de la course] car la sécurité était très stricte », a-t-il ajouté. « Ils paieraient aux autres palefreniers 5 dollars pour s’occuper d’un cheval. C’était un monde différent mais c’était le même monde. J’ai adoré et j’ai maintenu cet amour pour toujours.

C’était des temps grisants dans l’industrie des courses, mais des temps plus troubles pour le monde dans son ensemble.

“J’ai été le premier de ma famille à être accepté à l’université.

Mon père m’a fait asseoir et m’a dit: « Tu vas à l’université ou au Vietnam », se souvient Curry. « La vie s’en est mêlé et je suis devenu un homme avec une famille, mais ce que je veux, c’est que ce soit ma dernière entreprise quand je serai prêt à me retirer de toutes mes autres activités, et Dieu que j’aime ça. »

C’est un témoignage de l’amour de Curry pour les courses de chevaux, que sa passion pour cela a brûlé si fort, que même après cinq décennies de vie - mariage, entreprises, investissements, enfants, petits-enfants - il détient un certain montant et, plus remarquable encore, il se retrouve à la porte d’un certain Brett Bittle.

« J’ai commencé à interviewer des entraineurs et j’ai trouvé Brett Bittle de Yankeeland Partners, qui est dans le métier depuis toujours », a déclaré Curry. « Je suis un grand utilisateur et un adepte des statistiques. J’ai toujours été une personne de harnais. Je n’ai aucun intérêt pour les pur-sang. Donc, mon plan était d’être propriétaire et d’avoir ma propre spécialité, qui serait les pouliches dans le trot. »

L’objectif était également d’être pratico-pratique, et comme Curry avait besoin d’une petite écurie et prêt à prendre un coup de main. Et même si Bittle ne prenait pas de nouveaux clients à l’époque, il avait une solution potentielle.

« Brett m’a appelé et a dit:  » Mon assistante Annie est géniale. Elle est jeune et une excellente entraineuse.  Si je vous prenais, l’accepteriez-vous comme entraîneur ?’ », se souvient Curry. « C’était parfait pour moi parce que j’allais être un propriétaire actif. Je voulais jogger mes chevaux et nettoyer les stalles.

Peu de temps après, Curry s’est rendu à Harrah’s Philly, où Bittle coursait des chevaux, et a rencontré Stoebe dans le stationnement, en raison des restrictions dues à la COVID-19 qui limitaient la fréquentation à ce moment-là. Ça cliqué entre eux et Stoebe a convaincu Curry de venir au centre d’entrainement pour parler davantage.

« Elle n’était tellement pas compliquée », a déclaré Curry en riant. “Je me présente et elle me salue de la main et dit : « Nous sommes vraiment débordés. J’en ai deux à jogger. Peux-tu jogger Allie avec moi et je prendrai Sky alors nous pourrons jaser ? »

Le plan de Stoebe a fonctionné à la perfection et Bittle a trouvé deux stalls pour Curry, avec sa jeune assistante prête à prendre les commandes.

« Donc, 52 ans et 3 mois plus tard [depuis qu’il a quitté le travail de palefrenier à The Meadows], j’étais de retour sur un « jog cart » et elle m’a eu, évidemment. Tout est revenu », a déclaré Curry. « Le truc avec Annie, c’est que son éthique de travail est hors du commun. Même Brett a dit ça. Elle est jeune mais elle était avec Brett depuis longtemps et a tout absorbé.

« Je serai toujours redevable à Brett Bittle pour où je suis aujourd’hui et pour m’avoir dit qu’il avait deux stalls pour moi », a poursuivi Curry. « Il m’a lancé dans les affaires et m’a donné une jeune entraîneuse formidable. Je lui apprends le côté business et elle m’apprend le côté cheval. Jusqu’à présent, nous avons fait un très bon team. »

* * * *

Nous avons tous entendu parler des fins hollywoodiennes, mais que diriez-vous d’un début hollywoodien ? Accélérons un peu et le 2 juillet 2021 à The Meadows, Curry est en fait retourné à son ancien lieu de travail avec ses premières amours en tant que propriétaire - Mimi Ocean Hanover.

Il avait dépensé 125 000 $ pour « Bar Hopping Bay » de Hanover Shoe Farms lors de l’encan de Harrisburg malgré ses meilleures intentions. Elle était l’un des deux achats que Curry et Stoebe ont effectués lors de l’encan de yearlings de novembre 2020 avec l’acquisition, pour 140 000 $ de Champagne Hanover.

« Je ne voulais pas de Mimi Ocean », a commencé Curry. « Nous sommes allés chez Hanover pour examiner tous les chevaux avant la vente. Quand ils l’ont fait sortir, j’ai pensé, oh s’il vous plaît, ne laissez pas cette pouliche être bonne parce que le nom de ma femme est Mimi », a déclaré Curry en riant. “Le nom de ma femme est Philomena Curry, mais toute sa vie, depuis sa naissance, elle est connue sous le nom de “Mimi “et si ma femme voit ce nom sur ma liste, elle dira de l’acheter. Alors, qui ai-je ramené à la maison ? Champagne et Mimi. Et ça a fait craquer Brett parce que Mimi était aussi sur sa liste.

Le retour à The Meadows ce jour-là a rappelé beaucoup de souvenirs à Curry.

« Mon père et moi avions l’habitude de nous asseoir sur la colline avec le programme de course et un six-pack de bières. Nous n’étions pas les personnes les plus riches du monde, mais nous savions comment en profiter », a déclaré Curry.

S’asseoir dans les estrades de The Meadows a également rappelé des souvenirs des premiers jours de course de Curry.

« Notre écurie n’a pas gagné souvent, mais je peux vous dire que mon premier cheval qui a gagné s’appelait Shamrock Peter », se souvient Curry. « Celui qui a payé le plus était David F. Ils avaient des problèmes avec lui et puis ils ont trouvé. Il était à 12/1. Disons simplement que mon père a quitté le travail tôt après que je l’ai appelé et qu’il est à peine arrivé à temps ! C’était en 1968. »

Sentant peut-être le moment, Mimi était plus que prête à relever le défi ce jour-là. Envoyée à la barrière à 8/1 lors de son premier départ à vie, et les guides confiées à Dave Palone dans une division du « Pennsylvania Sire Stakes » avec une bourse de 54 856 $ pour les trotteuses pouliches de deux ans, Mimi Ocean Hanover s’est placée cinquième et est montée lentement à l’extérieur avant de prendre les devants dans le dernier droit et gagner en 1:57.

« Quand elle a franchi le fil d’arrivée en premier, lors de ma première course sur la piste que j’ai fréquentée il y a 50 ans, ce fut un moment assez spécial », a déclaré Curry. « Je ne m’étais jamais fait prendre en photo auparavant. Contrairement à maintenant, seuls les propriétaires, les conducteurs et les entraîneurs se faisaient prendre en photo à l’époque. »

Pour Stoebe, la victoire signifiait bien plus qu’un simple jour de paie. La victoire est le résultat d’années de sang, de sueur et de larmes, depuis ses jours dans les rodéos jusqu’à sa nouvelle passion dans les courses sous harnais.

« C’est mon cheval de cœur. C’était mon premier bébé, et elle et moi avons une telle connexion », a déclaré Stoebe. « Elle a eu des problèmes de solidité et devait maturer, mais elle est tellement talentueuse et c’est un super animal.

« Pour Lynn, la victoire était si spéciale », a-t-elle ajouté. « C’était son premier départ et elle a gagné assez facilement. C’était si spécial pour nous tous. »

Mais Mimi Ocean Hanover, qui a maintenant gagné 89 081 $ à ce jour, n’était que le début pour le duo dynamique de Curry et Stoebe, qui allait bientôt agrandir leur écurie avec l’achat pour 350 000 $ d’Instagram Model à l’encan Lexington Selected Yearling Sale en octobre, 2021.

Curry s’est appuyé sur ses années d’expérience en affaires pour faire de l’encan de Lexington une bonne affaire pour eux, en identifiant un marché solide et en ajustant son budget en conséquence. Bien qu’il ait dépensé plus du double sur Instagram Model qu’il ne l’avait fait sur n’importe quel cheval précédemment, Curry a reconnu une opportunité potentielle.

« Ce n’est pas l’argent [up front] c’est le retour sur investissement et les situations dans lesquelles vous vous trouvez », a déclaré Curry. « Nous savions que l’encan de Lexington allait être particulier parce que nous tous dans le secteur de l’investissement avons eu une sacrée année. Je savais que tout le monde voudrait des Walners et qu’ils seraient chers avec l’argent supplémentaire qui circule.

Exile, une fille de Walner, portant le numéro 62, a été adjugée pour un montant remarquable de 800 000 $ et Instagram Model devait entrer sur le ring à peine 10 numéros plus tard. Curry et Stoebe étaient tombés amoureux d’Instagram Model, une fille de Chapter Seven , baie, élevée par Steve Jones et Ray Schnittker.

« Elle était si grande et si belle », a déclaré Stoebe. « Nous l’avions sur notre liste en tant que ‘A’. Nous ne pensions pas pouvoir l’avoir cependant, sur la base de sa page et de sa conformation. Elle ressemblait juste à un vrai cheval. »

Mais une partie du gros argent avait déjà été dépensé avec Exile, et comme Instagram Model n’étant pas éligible au Kentucky Sires, Curry était convaincu qu’ils pouvaient « scorer ».

« Nous avons envoyé ça dans l’univers mais j’avais un montant substantiel sur elle », a déclaré Curry. “Quand tout s’est calmé et que le marteau est tombé, nous avons pensé que nous allions sauter de nos sièges. Nous l’aimions tellement.

* * * *

Instagram Model a remporté sa première course avec pari mutuel en 1: 54.1 le 15 juillet à The Meadowlands sous le coup de guides de Scott Zeron, qui avait tranquillement conduit la pouliche à deux reprises en qualifications auparavant. Mais avec Zeron blessé lors d’une mauvaise chute à Pocono plus tard ce mois-là, c’est Andrew McCarthy qui a pris le relais pour l’élimination du Doherty, guidant ‘Iggy’ vers une sixième place dans une course qui a vu les neuf premiers finalistes tous se qualifier pour la riche finale.

« Je ne considère pas cela comme un mauvais départ, personnellement », a déclaré Stoebe. « Nous étions en transition de conducteur avec Scott qui s’est blessé. Andy voulait apprendre à la connaitre. Elle partait pour 20 000 $, puis coursait pour 400 000 $ la semaine suivante. J’étais ravi de sa conduite. Il l’a analysée et maintenant, il savait derrière quoi il était assis, donc elle était aplomb et pas fatiguée pour la finale. »

Instagram Model a connu une semaine parfaite avant la finale.

« Annie déteste quand je dis cela, mais c’est le cheval le plus ennuyeux auquel j’ai été associé », a déclaré Curry. « Et je le dis d’une façon positive. Trente pour cent des deux ans ne vont jamais en course la première année à cause de ce qu’il y a entre leurs oreilles. La première fois que nous lui avons mis l’attelage et l’avons amenée en piste, elle s’est tout de suite mise au travail.  Elle adore la piste et elle se rend au travail avec joie tous les jours, que ce soit à l’entraînement ou au « joggage ». Elle est tellement heureuse d’être sur la piste et c’est comme ça depuis le début. Donc, je l’appelle ennuyeuse parce que nous n’avons pas à nous soucier d’elle. »

Apparemment, la pouliche n’est pas non plus du genre à avoir le trac avant une course, même au moment de sortir de la barrière de la plus grande course de sa carrière.  Au lieu de cela, elle préfère laisser son équipe à transpirer et être à bout de nerfs le jour de l’Hambletonian.

« Elle entre dans le paddock et s’endort presque », a déclaré Stoebe. « Vous lui mettez le sulky et vous vous préparez à la sortir et elle ronfle quasiment. On a presque envie de la gifler pour la réveiller ! Mais quand Andy s’est placé là où il était, j’étais assez confiant.

Royal Filly a découpé le premier demi mille avec des fractions de : 27 et : 55,1 avant qu’Instagram Model ne vienne attaquer et tombe nez à nez avec le meneur en 1 :24.3 au trois-quarts de mille.

« Quand ils étaient dans le dernier tournant et qu’il l’a sortie avec seulement le deux devant elle, Annie et moi nous regardions droit dans les yeux et nous avons commencé à sourire parce qu’on venait de comprendre que le « Iggy Monster » allait faires ce que fait le ‘Iggy Monster’ », a déclaré Curry. « Et quand elle a franchi [le fil] en 1:53, le monde s’est arrêté. Si vous enlevez les grands moments avec ma famille en termes de moments personnels, ce fut l’un des cinq meilleurs moments de ma vie lorsqu’elle a franchi le fil d’arrivée et remporté le Doherty. »

Pour rendre un bon moment encore meilleur, Curry a vu un visage familier près du cercle des vainqueurs qui ne devait pas être là ce jour-là.

« J’ai d’abord vu ma femme, puis j’ai levé les yeux et j’ai vu Scott Zeron debout et lever la main en l’air … et j’ai levé le pouce en l’air », a déclaré Curry. « Que lui soit là, même si c’était moi, Annie et Andrew dans le cercle des vainqueurs, il était certainement à sa place aussi parce qu’il était la clé  qui a permis d’amener ‘Iggy’ là où elle était. Le fait qu’il soit là était une autre bonne chose parce que personne ne pensait qu’il serait capable de sortir d’un lit d’hôpital et d’être là quand l’accident s’est produit.

« Et quant à ‘Iggy’, je dirai ceci, ce n’était certainement pas ennuyeux ! »

Cet article a été publié dans le numéro de septembre de TROT Magazine.
Abonnez-vous à TROT aujourd'hui en cliquant sur la bannière ci-dessous.