Lasix ne devrait pas être le mot sale débutant par « L »

Le samedi 22 octobre, alors que je regardais une merveilleuse carte de course de Mohawk, composée principalement d’éliminatoires du Breeders Crown, j’ai été un peu attristé d’entendre deux « horseman » de premier ordre presque s’excuser lorsqu’ils ont mentionné l’utilisation de ‘Lasix’ sur leur cheval lors des entretiens avec le cercle des vainqueurs après la course.

Je paraphrase ici, mais après que Pebble Beach et King Of The North aient été victorieux dans leurs courses respectives, l’entraîneur Noel Daley (Pebble Beach) et le conducteur Mark MacDonald (King Of The North) ont tous deux dit quelque chose du genre « Je pense que d’être de retour sur Lasix l’a aidé… mais il n’en reçoit même pas beaucoup… juste un peu. »

Tout d’abord, à mon avis, la quantité de Lasix que reçoit le cheval de quelqu’un ne regarde personne - je pense que les options sont de 3, 4 ou 5 cc. Aucun de ces hommes ne devrait se sentir obligé de justifier son utilisation auprès du public. Ce qui manque à la plupart des anti-Lasix ici, c’est le mot “AIDER” - les hommes à chevaux l’utilisent pour aider leur cheval. C’est quelque chose qui devrait presque être applaudi et non méprisé.

Ceux qui ne s’y connaissent pas sur le sujet diront des choses comme: « Certains entraîneurs l’utilisent juste pour masquer d’autres drogues ! » C’est une théorie du complot qui a été réfutée par la science, rapportée il y a à peine deux jours dans The Paulick Report…

« Mais parmi toutes ces opinions, il y a parfois de fausses idées, dont une que nous avons entendue à plusieurs reprises dans le rapport Paulick - que le furosémide (Lasix) est utilisé comme agent masquant pour dissimuler la consommation de drogues illégales dans les tests après la course.

Le Dr Rick Sams, ancien directeur de laboratoire chez LGC Science, a déclaré qu’en vertu de la réglementation actuelle, ce n’est tout simplement pas possible.

Le long rapport continue de fournir un large soutien scientifique pour corroborer cela, et si vous n’êtes pas d’accord avec moi sur ce point, je vous invite à faire une recherche sur Google et à le lire.

Pour aller encore plus loin, l’entraîneur de pur-sang primé Mark Casse estime que si nous devions refuser l’utilisation du Lasix dans les courses de chevaux, cela aggraverait le problème du dopage illégal, en disant :  « S’ils éliminent le Lasix là-bas il y aura de loin plus de tricherie », car « il y aura des gens qui feront tout pour empêcher les chevaux de saigner ».

Il a été scientifiquement prouvé que Lasix est un médicament thérapeutique qui peut améliorer les performances des chevaux de course qui saignent. Certains entraineurs l’utilisent ; certains ne le font pas. J’ai entendu certains admettre qu’ils se garderaient de l’utiliser parce que pour l’utiliser, ils doivent être là quatre heures plus tôt et cela coûte trop cher. Encore une fois, à mon avis seulement, ce sont ces gens qui ont besoin de se regarder dans le miroir - pas ceux qui l’utilisent. Sérieusement ?

Vous laisseriez votre cheval saigner dans une course simplement parce que cela empiète sur votre sieste de l’après-midi ?

Secouons-nous la tête ici.

Je me rends compte que chaque juridiction de course a sa propre décision à prendre concernant l’utilisation de Lasix, et qu’en fin de compte, tant qu’ils regardent les faits et pas seulement les perceptions autour du sujet, nous devons vivre avec la décision que chacun prend. De plus, je conviens qu’un bon argument peut être avancé pour expliquer pourquoi il ne devrait pas y avoir de Lasix disponible pour les poulains de deux ans. Je ne dis pas que je suis d’accord à 100% avec la mise en œuvre de cela en règle générale, mais qu’un argument peut être proposé.

Un problème majeur dans les courses en Amérique du nord depuis un certain nombre d’années est la pénurie de chevaux - surtout en hiver. Il faut noter ici que l’Australie et la Nouvelle-Zélande n’autorisent pas l’utilisation de Lasix, et en raison principalement de cette seule règle, nous avons eu 702 chevaux différents qui ont un «NZ» ou un «A» après leur nom pour aider à remplir les boites d’inscription de l’Amérique du Nord depuis le début de 2021 - dont 640 ont couru sur Lasix ici.

L’utilisation de Lasix AIDE les chevaux qui saignent.

Le Lasix ne masque PAS d’autres drogues (illégales).

Faisons bien avec nos chevaux et continuons à les aider de toutes les manières possibles. Et assurons-nous de continuer à présenter des faits plutôt que des opinions non éduquées, qui ne sont pas confirmées par des faits, en ce qui concerne la perception du public.

J’ai reçu un e-mail d’un propriétaire mécontent il y a environ six mois. Il a dit qu’il avait possédé des parts dans huit chevaux au cours des cinq dernières années et qu’aucun d’entre eux n’avait eu besoin de Lasix, mais qu’il est frustré de voir certains entraîneurs WEG qui ont 60% de leurs chevaux sur ce médicament - il les a accusés d’être tous tricheurs et a déclaré que cela n’avait pas, « mathématiquement, biologiquement ou physiologiquement de sens pour personne ». Il a poursuivi en disant qu’il quitterait bien « la game », mais il se rend compte que « son implication ou sa sortie de l’industrie ne signifie rien dans le grand schéma des choses ».

J’ai pris le temps de lui expliquer quelques FAITS sur l’utilisation de Lasix, et pourquoi son utilisation plus souvent qu’autrement fait du sens. Je lui ai également dit que son implication - et celle de centaines d’autres “petits propriétaires” comme lui - était importante. Après une demi-douzaine d’e-mails, il m’a sincèrement remercié pour mon temps et pour lui avoir expliqué, entre autres, pourquoi son entraîneur a peut-être choisi de ne pas utiliser le Lasix - j’espère juste que j’ai été compris. J’aurais aimé que son propre entraîneur (je n’ai aucune idée de qui était cette personne) ait expliqué tout cela, mais à chacun le sien, je suppose.

La licence du propriétaire en question expire dans trois semaines. J’espère qu’il lit ceci et qu’il restera impliqué, et j’espère qu’il sait qu’il compte autant pour notre industrie que n’importe qui d’autre - y compris tous ceux qui lisent ceci.

Dan Fisher - [email protected]