Différent Mais Pareil

Bulldog Hanover est un cheval grand, fort et solide qui domine ses adversaires. Il est presque toujours en tête au poteau du demi-mile, gagne généralement par plusieurs longueurs et ne peut souvent même pas être rejoint sur un demi-mile ou plus après avoir anéanti le reste du peloton.

So Much More fait environ la moitié de sa taille. Elle gagne en s’élançant soit, de la première position, de la 8e position ou n’importe où entre les deux, et elle gagne rarement par plus de quelques pieds.

Sylvia Hanover est une créature absolue qui n’a été vaincue qu’une seule fois, une moyenne de plus de 100 000 $ par départ à l’âge de deux ans, et revient presque toujours un dernier quart en : 26 et des poussières… mais à voir Bobby [McClure] devoir travailler dessus pour lui faire passer un deuxième quart légèrement plus rapide que: 30 secondes, vous ne pourriez certainement pas le deviner.

Les trois superstars sont toutes très différentes; pourtant, surtout quand il s’agit de gagner, ils sont tous à peu près les mêmes. À eux trois, ils ont remporté 38 courses l’an dernier pour un peu moins de 3,2 millions de dollars.

C’est l’une des plus belles choses de notre sport - les personnalités différentes et uniques que vous rencontrez. Pas seulement avec les chevaux, mais aussi avec les gens.  Ah, les gens. Les histoires que je pourrais raconter. Beaucoup ont dit que je devrais écrire un livre, mais ma réponse habituelle est que « personne en dehors du monde des chevaux n’en croirait la moitié ».

Il y a quelques semaines, mon nouveau rédacteur adjoint, John Rallis, et moi avons passé une soirée dans le paddock à Mohawk - à parler et à interviewer des gens - dans ce cas, des palefreniers.  Il y a des profils de personnalité sur 10 d’entre eux dans les pages de ce numéro-ci (à partir de la page 60) et nous sommes fiers d’avoir une photo d’un groupe d’entre eux sur la page couverture de ce mois-ci. À ma connaissance, c’est la première fois qu’un groupe de palefreniers fait la couverture de TROT - et il était temps.

Les personnes à qui nous avons parlé ce soir-là étaient toutes aussi différentes que Bulldog, So Much More et Sylvia. Ils étaient également tous très similaires, en particulier dans la façon dont ils prenaient soin de leurs chevaux en prenant le temps de partager leurs histoires avec nous.

Sur la couverture, avec cette photo de nos héros méconnus, vous verrez également le terme « Racing’s Lifeblood » (Les indispensables aux courses), et c’est vrai. La plupart des gens savent bien que nous aurions tous de gros problèmes sans eux.

Nous célébrons maintenant nos palefreniers pendant environ une semaine chaque été, grâce à la « Journée nationale d’appréciation des palefreniers » de Standardbred Canada - un geste merveilleux apprécié par la plupart sans aucun doute. Mais que faisons-nous d’autre pour eux ? Considérant qu’ils sont la pierre angulaire de notre sport?

Devons-nous leur verser automatiquement un petit pourcentage de ce que leur cheval gagne ? Je me rends compte, en tant que propriétaire, qu’il est difficile de gagner de l’argent dans cette industrie, mais même s’ils gagnaient 0,5% et que leur cheval avait une saison de 100 000 $, c’est toujours un joli bonus de 500 $. Nous dépenserions 500 $ en un clin d’œil pour injecter les boulets d’un cheval qui nous a rapporté ce genre d’argent, mais nous ne pouvons pas le payer à la personne qui s’occupe du cheval 365 jours/an ? Je me rends compte que certains entraîneurs paient de belles primes - mais d’autres non.

J’ai suggéré dans cette même chronique, il y a quelques années, qu’il n’y avait aucune raison que les noms des palefreniers ne puissent pas figurer dans le programme, et annoncé dans chaque parade, sur chaque piste, toute l’année. Nous les annonçons lors de la soirée des finales des OSS et de la soirée de la Breeders Crown - ce n’est pas sorcier. Les gens pourraient penser que cela n’a pas de sens, mais je suis sûr que le geste serait apprécié à de nombreux niveaux.

Qu’en est-il du suivi? Nous avons d’excellentes organisations telles que « OSAS », « New Start Standardbreds » et « New Vocations », pour n’en nommer que quelques-unes, pour nos chevaux. Qui garde un œil sur nos palefreniers de toujours, ceux qui ont peu de famille, à mesure qu’ils vieillissent ?

Lorsque j’ai interviewé John Burns pour l’article populaire “Where Are They Now?” de ce mois-ci, il m’a mentionné que Gord “Fancy” Dolson avait lutté contre le cancer. Il a dit qu’il semblait aller bien maintenant, mais qu’ils devaient lui enlever ses cordes vocales, etc. et qu’il avait traversé beaucoup de choses.

Si vous ne connaissez pas ‘Fancy’, il a été un palefrenier toute sa vie alentours de Greenwood et de Mohawk pendant des décennies. Je pense qu’il a travaillé pour à peu près tout le monde dans la zone des écuries à un moment ou à un autre. Je ne le connais peut-être pas bien - il était là bien avant mon arrivée, et pendant de nombreuses années après mon départ aussi - mais c’était un sacré personnage. C’était une très bonne personne et un bon palefrenier. Tout le monde connaissait Fancy et veillait sur lui aussi si besoin était.

Les nouvelles de « Fance » m’ont rendu à la fois triste et m’ont fait réfléchir, pensant à de nombreux éternels palefrenierse dans notre sport au fil des ans. Je me demande où beaucoup d’entre eux se sont retrouvés après la fermeture des « dorms » à Mohawk.  Burnsie a déclaré que l’employeur et ami de longue date de Fancy, Allan Waddell, l’aidait toujours et gardait un œil sur lui. Une nouvelle qui fait chaud au cœur.

Demandez à n’importe quel entraineur : nous sommes actuellement confrontés à une dangereuse pénurie de palefreniers de qualité dans notre industrie. La plupart des « grooms » d’aujourd’hui sont plus jeunes - regardez la couverture. Beaucoup semblent le faire à un jeune âge et ensuite passer à autre chose pour une raison quelconque. Il n’y a probablement pas qu’une seule réponse simple, mais il semble que ce ne soit plus une option de carrière pour beaucoup - d’où notre pénurie.

Joanne Colville (OSAS), Kimberly Ann Hale (New Start) et Dot Morgan (New Vocations) font toutes un travail formidable en veillant sur nos équidés retraités. Mais il en va de même pour les gens comme Allan Waddell, qui veillent sur les gens retraités. C’est peut-être différent, mais en réalité, c’est exactement pareil.

Dan Fisher [email protected]