view counter
 
view counter
 
 

Du bas au haut de l'échelle, les chevaux de race de Millar & Gallucci font que cette année leur soit mémorable !

Trot Feature: George Millar

Il ne reste plus qu'un mois à cette année pour le moins tumultueuse, mais George Millar, de Millar Farms, respire l'air raréfié du titre de « Premier propriétaire de la compétition »

en termes de victoires et de gains au Woodbine Mohawk Park. À vrai dire, le simple fait de respirer cet air est en soi une victoire pour les cavaliers de longue date. Par Keith McCalmont // Traduction Louise Rioux

En février dernier, Millar, 71 ans, a subi une double transplantation pulmonaire à l'hôpital général de Toronto après avoir été diagnostiqué souffrant de fibrose pulmonaire. Depuis, il s'est frayé un chemin jusqu'au sommet du classement avec une armée de homebreds conditionnés par Nick Gallucci.

« Ça été une année formidable, et pour être honnête, j'en avais besoin. J'ai passé beaucoup de temps à l'hôpital », a déclaré Millar. « Ma femme et mes filles ont été formidables avec moi, mais je détestais leur être un fardeau. Les courses m'ont permis de me remonter le moral. En regardant ces chevaux courir, j'étais sur le canapé à hurler comme un fou. J'ai pu venir à l'hippodrome trois ou quatre fois, mais cela me manque d’aller au paddock voir les conducteurs et les entraîneurs que je connais depuis si longtemps. J'espère que l'année prochaine, je pourrai le faire. »

La convalescence de Millar devait durer deux semaines pour se remettre de la double transplantation, mais cette période s'est prolongée au-delà de trois mois, après une myriade de complications, laissant le vétéran propriétaire et éleveur lutter pour sa vie.

« Non seulement mon corps essayait d'accepter ses nouveaux poumons, mais ils m'en ont donné une paire contenant la COVID », déclara Millar. «J'ai déliré pendant 4 à 5 semaines et j'ai subi une trachéotomie pendant 6 à 7 semaines. Je pensais que les infirmières essayaient de me tuer. C'était terrible ».

Millar a passé neuf semaines à l'unité des soins intensifs et trois autres au Toronto Rehabilitation Hospital pour réapprendre à marcher après avoir perdu près de 40 livres de masse musculaire.

« Je ne pouvais pas me tenir debout », a-t-il expliqué. « Je souffrais d’une fibrose pulmonaire et ils ne savaient pas comment j’avais bien pu l’attraper. Ce n'était pas à cause du tabac ou du Farmer's Lung. Ce n'était que question de hasard. Je doute que j'aurais pu survivre au printemps. Il n'y avait pas de remède. »

Pendant que Millar réapprenait à marcher, ses étoiles équines traçaient leur voie du paddock au cercle des vainqueurs, menant Millar Farms à la deuxième place du classement des éleveurs de l'OSS [58-23-10-5, 1 134 707 $], à seulement quatre victoires de Winbak Farm [219-27-25-23, 1 174 095 $].

Prohibition Legal, une fille de Big Jim âgée de deux ans, a réalisé une campagne prolifique de 8 victoires en 9 courses, pour des gains de 564 204 $. Elle a connu une saison OSS parfaite, couronnée par une victoire sur son compagnon d'écurie Silver Label lors du championnat de division de 225 000 $ à la Super Final Night à Mohawk.

Issue de la jument Jennas Beach Boy, Catch A Wish, Prohibition Legal a subi sa seule défaite lorsqu'elle s'est classée deuxième derrière Niki Hill, candidate au titre de Cheval Américain de l'Année, dans la finale de Shes A Great Lady en septembre à Mohawk.

Silver Label, par Bettors Delight et issue de la poulinière Real Desire Hidden Gem, a remporté 6 de ses 8 départs, ses seules défaites ayant été concédées à Prohibition Legal. Elle a amassé 341 726 $ sans non plus quitter la province. .

Un autre deux ans de Millar, Betterhavemymoney, a fait les manchettes en remportant la Battle of Waterloo en août à Grand River Raceway. Le cheval hongre Betterthancheddar a amassé 335 474 $ pour un record de 10-4-1-2.

La meilleure performance d'un cheval des Millar Farms cette saison a eu lieu le soir de la North America Cup, lorsque Powertrain, un fils de deux ans de Shadow Play, a réalisé un score de 1:48.2 dans une course ouverte pour chevaux de trois ans, arrêtant le chronomètre une seconde plus tôt que dans la course principale d'un million de dollars plus tard dans la soirée [1:49.3].

Powertrain n'a pas couru non plus à deux ans après s'être coupé un tendon sur un brin de clôture électrique sur la ferme spatiale, propriété de Millar à Stouffville, Ontario.

« Je lui ai accordé un an et demi de repos et nous l'avons soigné avec soin », se souvient Millar. Nick m'a dit avant ma chirurgie : « C'est un poulain très rapide. » J'avais déjà entendu cela à propos de quelques chevaux, mais la façon dont il est revenu a peut-être été le point culminant. »

Millar a développé ses familles de course pendant plus de quatre décennies, mais sa génération actuelle semble avoir hérité de la résilience de son propriétaire, puisque même la star de l'écurie Prohibition Legal a passé du temps à l'hôpital et a dû combattre l'adversité.

En août, à l'approche d'un événement Gold [OSS] à Mohawk, un Gallucci inquiet a fait appel à son vétérinaire et la pouliche vedette a finalement passé près d'une semaine à la clinique équine de l'Université de Guelph.

« Elle était en congé cette matinée-là, », se souvient Gallucci. « Elle souffrait d’un côlon déplacé. Ils l'ont traitée médicalement et n'ont pas eu à pratiquer d'intervention, ce qui lui a sauvé son année.

« Avant cet épisode, je lui avais accordé une semaine et demie de repos et j'allais recommencer à la faire courir légèrement », poursuivit Gallucci. « En fin de compte, j'ai dû me précipiter dans la course stake suivante, mais elle s'en est bien tirée, elle a été bonne en course et finalement a remporté la victoire.»

Les parieurs ont envoyé Balance au poteau en tant que favori de la course, en raison d'inquiétudes évidentes concernant Prohibition Legal, qui a dû faire face à des problèmes médicaux et à près d'un mois d'intervalle entre deux départs. Sans se décourager, le cheval de Millar s'en est sorti avec brio, rentrant en :26.1 pour gagner en 1:52.

« Elle a surmonté beaucoup de choses pour gagner cette course, ce qui est assez spécial », a déclaré Gallucci. « L'autre pouliche [Balance] venait tout juste de gagner la série Whenuwishuponastar. Je n'étais pas certain qu'elle serait capable de battre ce cheval et même si elle n'était pas à 100 %, elle l'a quand même fait.»

Gallucci, âgé de 34 ans, a admis avoir été impressionné par ce que Prohibition Legal avait accompli au cours de sa première saison.

« J'espère qu'elle ne sera pas un cheval d'une seule fois dans la vie, mais elle en donne l'impression. Elle ne veut que gagner des courses », a déclaré Gallucci.

L'expérimenté Millar était beaucoup plus catégorique quant à l'impressionnante campagne de son élevage.

« En plus de 40 années d'élevage, il s'agit sans aucun doute de la meilleure récolte », selon Millar.

* * * *

La famille de Millar a émigré d'Écosse au Canada en 1957 et il se souvient d'une enfance idéale.

« Mes parents ont acheté une maison à Scarborough [Ontario]. C'était un quartier tellement sécuritaire qu’il n’était pas nécessaire de retirer vos clés de la voiture dans l'entrée. C'était comme Leave It To Beaver en grandissant », dit-il en riant.

Son défunt père, George Sr, était maçon et sa mère travaillait dans une usine. Il a passé son enfance entouré de sa famille, une valeur qu'il continue de tenir en haute estime.

« Ma mère avait cinq ou six sœurs et elles étaient toutes des épouses de guerre, ayant épousé des Canadiens et s’étant installées ici », a déclaré Millar.

Millar a vécu une enfance athlétique, excellant dans les sports et passant ses étés d'adolescent à travailler comme maître-nageur.

« J'ai joué au baseball, au hockey, au football, au basketball... J'étais un assez bon athlète. Le sport était à peu près la seule raison pour laquelle j'allais à l'école - cela et les pom-pom girls », dit Millar en riant.

Millar finit par travailler à titre de vendeur, mais lorsqu'il demanda sa femme, Sondra, en mariage, sa vie a pris un tournant inattendu et pour le mieux.

« Elle a dit qu'elle ne voulait pas épouser quelqu'un qui travaillerait pour quelqu'un d'autre. Elle a dit que si je créais ma propre entreprise, elle m'épouserait », a déclaré Millar.

C'est à partir de ce moment d'inspiration que « Hanna Papers » a été fondée en 1977 dans ce qui est maintenant connu sous le nom de Liberty Village à Toronto. L'entreprise s'est développée pour devenir la plus grande entreprise de recyclage de papier de haute qualité en Amérique du Nord.

Nous avons créé l'entreprise et Sondra a travaillé pendant deux ans avant de tomber enceinte de Melissa, notre première fille », a déclaré Millar. « En trois ou quatre ans, j'ai pris la société que j'avais quittée en faillite et ça n'a fait que croître à partir de là. Nous avions des usines au Québec, puis je suis déménagé à Boston, et avant même de le savoir, nous avions cinq usines aux États-Unis. »

Comme l’entreprise se développait, ainsi croissait la passion de Millar pour les chevaux, laquelle dura toute sa vie.

« Lorsque j'ai obtenu mon diplôme universitaire, la première chose que j'ai faite a été d'acheter un cheval d'équitation. En un rien de temps, j'avais cinq ou six chevaux d'équitation », a déclaré M. Millar.

Éventuellement, ses deux passions se sont fusionnées en une opportunité commerciale lorsque Millar a tenté de piquer l'intérêt de Jim Fortescue, qui dirigeait une entreprise de reliure.

« Il y avait un éleveur de porcs nommé Frank Wills qui avait une jument grise - Pats High Sea - qu'il faisait courir sur le circuit des foires et il m'a demandé si je voulais acheter le cheval », se souvient Millar.

Entre-temps, Millar s'est heurté à de multiples tentatives pour obtenir un rendez-vous avec l'opérateur de l'atelier de reliure, jusqu'à ce que finalement, Fortescue cède.

« Quand je suis entré dans le bureau de Fortescue, il y avait derrière son bureau, une grande photo d’un gagnant standardbred tirant un chariot. J'ai pensé que c'était exactement comme le cheval que Frank [Willis] m'avait montré », a déclaré Millar, en riant.

Millar a rapidement raconté une histoire sur une opportunité d'achat de Pats High Sea et Fortescue a sauté sur l'occasion. Soucieux d'entraîner un client potentiel dans une aventure perdante, Millar conclut un accord avec Wills pour le coût de la charrette, du harnais et du cheval, soit 2 500 $.

« J'ai dit à Frank que lorsque Jim viendrait ici, de lui dire que le cheval n'était qu'à 1 000 dollars et qu'il n'en coûterait que 500. Je ne voulais pas qu'il paie trop cher au cas où le cheval ne serait pas bon », a déclaré Millar. « Le cheval a fini par bien se porter et a gagné quelques courses à Barrie Raceway, et Forescue était là six jours par semaine pour le faire courir. »

L'entreprise s'est avérée fructueuse, tant sur le terrain, hors et en piste.

« J'ai accouplé cette jument à J Js Primo et son premier poulain fut Misty High [p,1:59f ; $96,017.] Elle était géniale. Elle était méchante et tout ce qu'elle savait faire, c'était gagner », a déclaré Millar. « C'était l'époque où les pouliches et les poulains couraient les uns contre les autres et je crois qu'elle a même couru contre Cam Fella dans le Valedictory.»

« Les frais de saillie étaient de 750 $ et nous en avons gagné près de 100 000 $ avec elle », a-t-il ajouté. « Finalement, elle a été réclamée et nous sommes partis. Leo Fuller est devenu mon premier entraîneur à la ferme. »

* * * *

Gallucci a succédé à une longue série d'entraîneurs ainsi que d'entraîneurs privés pour Millar au fil des ans, dont les réputés Joe Stutzman et Gregg McNair.

Né à Toronto, Gallucci a grandi à Brantford et a passé sa jeunesse à suivre les exploits d'un modeste groupe de chevaux appartenant à son défunt grand-père, John Holmes, qui couraient principalement à Flamboro Downs.

Gallucci a fini par travailler comme palefrenier pour plusieurs écuries après avoir obtenu son premier véritable emploi avec Rod Allen, se rendant en Floride pour un hiver alors qu'il n'avait que 18 ans. À son retour, il a passé un an à étudier les sciences sociales à l'Université McMaster, mais il a vite compris que les chevaux étaient sa passion.

« Après avoir commencé à courir, c'est entré dans mon sang et je n'ai jamais pu m'en défaire. Dès que vous avez le goût de gagner une course, c'est difficile de s'en détacher », a déclaré Gallucci.

Gallucci estime que le temps passé à travailler avec son ami et collègue Ryan Maxwell a contribué à lancer sa carrière d'entraîneur.

« J'étais plus un second entraîneur qu'un palefrenier là-bas, et j'ai appris un aspect différent de la façon d'entraîner les chevaux », a déclaré Gallucci. « Je me suis installé autour de Mohawk et j'ai lancé ma propre écurie en 2012. »

Gallucci, qui n'a eu qu'un seul départ en 2011 et 71 en 2012, a essentiellement vu ses gains augmenter chaque année, passant de 155 840 dollars en 2012 à plus de 2,1 millions de dollars à ce jour en 2021.

Curieusement, sa première mention sur le site Web de Standardbred Canada fut une référence à sa qualification pour le championnat national de handicaps TROT 2008. Sa compréhension de la façon de lire les lignes de course est restée la clé de son succès actuel.

« Il suffit de regarder les cinq dernières lignes pour avoir une idée si votre cheval est dans la bonne classe pour gagner une course », a déclaré Gallucci. « Quand j'ai commencé à entraîner, je faisais surtout des chevaux à réclamer et des chevaux conditionnés, et vous essayez toujours de les placer là où vous pouvez gagner. Je ne veux jamais regarder le tableau des cotes et voir mon cheval à une cote élevée. »

Il a décroché sa première victoire en carrière en janvier 2012 à Flamboro Downs avec la jument ambleuse Tedeschi, une modeste fille de Modern Art.

« Je connaissais tous les chevaux de cette classe, alors j'attendais que les meilleurs soient inscrits et puis je l'inscrivais », raconte Gallucci en riant. « Elle n'était pas présente chaque semaine et parfois elle manquait une semaine, ce qui nous permettait de manquer ceux que je savais qu'elle ne pouvait pas battre. Plus on fait de recherches et plus on y consacre de temps, mieux on se porte.»

L'écurie de chevaux pour la nuit de Gallucci s'est agrandie et il obtenait près de 200 départs par saison en janvier 2016 lorsqu'il a fait partie des premiers intervenants lors du tragique incendie de Classy Lane Stables où 43 chevaux ont péri. Gallucci, qui était à l'écurie à proximité, a été le premier à remarquer l'incendie et à alerter les autorités de l'embrasement de l’écurie 1.

« Cela m'a fait prendre du recul pendant longtemps, en essayant de me remettre de ce que j'avais vécu cette nuit-là », a déclaré M. Gallucci. ««Beaucoup de gens ont connu des incendies d’écurie, mais rien ne peut vous préparer à cela. C'était une expérience traumatisante pour moi et je n'ai pas pu surmonter la douleur que cela a causé aux personnes qui ont perdu leurs écuries à ce moment-là. Je compatissais avec les personnes qui avaient tout perdu.»

C'est un peu plus d'un an plus tard que Millar a proposé à Gallucci de reprendre son écurie à temps plein, mais le conditionneur, un dur travailleur, a déclaré qu'il souhaitait encore posséder ses propres chevaux à l'époque.

Gallucci a acquiescé à l'été 2019 et a accepté le poste, s'installant finalement sur la propriété de 60 acres du centre d'entraînement de Millar, l'installation sœur d'une ferme de 75 acres de poulinières et de yearlings juste en bas de la route, gérée par Steve Samis.

« Cela a rendu les choses beaucoup plus faciles pour moi. Je suis vraiment proche des chevaux maintenant et je peux mieux les surveiller. C'est beaucoup plus facile de faire le travail », a déclaré Gallucci. « C'est une installation magnifique qui n'a rien à envier à tout ce que j'ai vu en courses attelées. J'ai une piste d'un demi-mille qui est bien inclinée. Il y a 17 paddocks avec des hangars et beaucoup d'espace pour faire sortir les chevaux. Nous avons environ 40 stalles. »

Gallucci a déclaré qu'il supervisait un personnel de 12 personnes sur le site des courses, responsables de jusqu'à 15 chevaux de course aux périodes de pointe pendant les mois d'été.

Le jeune entraîneur, qui approche de sa 400e victoire en carrière et de ses 7 millions de dollars de bourses, a remercié Millar et Samis de lui avoir fourni des chevaux talentueux qui, selon lui, méritent un éventuel prix O'Brien.

« Ils arrivent en tant que yearlings lorsque vous commencez à les débourrer en septembre ou octobre, et ils sont tous bien préparés », a déclaré Gallucci. « S'il [Millar] devait recevoir un prix pour l’élevage, ce serait très spécial pour lui, car George s'occupe de tous les appariements et du travail sur le pedigree. Il y met beaucoup d'efforts. »

Gallucci a déclaré que Silver Label pourrait être encore plus talentueux que son voisin et ennemi juré Prohibition Legal.

« Silver Label a grande allure, elle est très talentueuse et fait tout bien, mais elle n'a pas la même soif - du moins cette année », a déclaré Gallucci. « Elle était un peu derrière Prohibition Legal au départ et n'a pas eu autant de qualifications ou courses plus tard dans l'année également. »

Il décrit Prohibition Legal comme un combattant de rue, né avec un désir inné de survivre.

« Prohibition Legal ferait tout ce qu'elle peut pour gagner une course », a déclaré Gallucci. « Elle sait ce que signifie gagner une course. C'est incroyable ce qu'ils ont fait tous les deux cette année et j'espère qu'ils vont continuer l'année prochaine. Ils sont tous les deux ici à la ferme et gèrent très bien l'entraînement. Ils prennent du poids et commencent à grandir et à devenir plus gros. »

Si Millar a toujours été convaincu que Betterhavemymoney allait devenir une étoile, Gallucci a admis en avoir été plus que sceptique au début.

« Quand il est arrivé comme yearling, George était très enthousiaste à son sujet. Je l'ai regardé et j'ai pensé qu'il ressemblait à un poney Shetland, mais beaucoup plus grand. Il avait des pattes courtes et un gros ventre », raconte Gallucci en riant. « Il s'est définitivement étoffé et a commencé à ressembler davantage à un cheval de course au fur et à mesure des courses. Il n'a jamais rien fait de mal à l'entraînement et était toujours sur ses gardes. »

Gallucci pense que Powertrain pourrait devenir un cheval âgé sérieux, surtout après son effort rapide le soir de la North America Cup.

« Je sortais pour réchauffer un autre cheval et je pensais qu'il avait gagné en :49.2. Je n'ai réalisé qu'une fois sur le terrain qu'il s'agissait d’en :48.2 et j'ai failli tomber de la voiturette », sourit Gallucci. « Il s'est aussi très bien débrouillé au niveau de l'entraînement. Il a montré ses capacités cette année et je ne pense pas qu'il soit hors de sa portée pour être compétitif au prochain niveau s'il se construit sur cette année. C’était un cheval vert cette année et il lui fallait un certain temps pour se mettre en forme. »

Gallucci semble être en train de se mettre en forme selon son propre droit, et il en gagne en niveau de confort en course se sentant à l'aise dans une autre classe de chevaux.

« Mon intention depuis le début était de progresser. Je savais que tout ne viendrait pas sur le « coup », a déclaré Gallucci. « Au bout du compte, tout dépend du type de chevaux que vous avez. La grande chose que je cherchais toujours à faire était d'améliorer mon élevage. Ces deux dernières années avec George, je me suis lancé dans les chevaux de courses ‘stakes’ et nous avons pris un chemin différent. »

* * * *

Alors que la carrière de Gallucci n’en est qu’à ses débuts, Millar réfléchissait sur plus de quatre décennies de succès dans ce sport.

« Nous avons eu Rectory, qui a établi un record de piste à Mohawk au début des années 1980, puis Ball and Chain est arrivé », se rappelle Millar à propos de ce cheval qui a gagné 1,4 million de dollars et qui a été le premier à faire moins de 1:50 en sol canadien. « Nous avons fait courir Serious Comfort, qui a remporté un prix O'Brien, et Celestine Prophecy qui a été championne des New York Sire Stakes. Nous avons eu plusieurs bons chevaux au fil des ans. »

Ce succès précoce a rapproché Millar de son défunt père, décédé en 2013.

« Durant les 15 à 20 dernières années de vie de mon père, je l'ai amené dans ma ferme de poulinières et lui et ma mère ont vécu là-bas », a déclaré Millar. « Nous allions à l'hippodrome à chaque course et c'est là que j'ai vraiment appris à mieux le connaître. Il a passé six ans dans la Royal Navy, dans les sous-marins, et il a vu beaucoup de choses. Et il en a vu de toutes les couleurs. Il s'est engagé à 16 ans. »

Millar a déclaré que son père a trouvé un grand réconfort et de la joie tard dans la vie grâce à la famille et aux chevaux, en particulier leur poulinière de base Little Black Book - la grand-mère de Prohibition Legal.

« Il l'aimait. Il était là quand elle a gagné la Gold Cup et Saucer. Elle était notre cheval préféré », a déclaré Millar.

Après tout ce qu'il a vécu avec sa santé au cours d'une année infernale, Millar a déclaré qu'il souhaitait vivre pleinement chaque moment qui lui reste. Il a récemment subi avec brio son évaluation pulmonaire après neuf mois.

« J'ai recommencé à jogger des chevaux, donc je suis content, mais je ne ferai pas de bébés tant qu'ils ne seront pas à l'épreuve des bombes », de plaisanter Millar. « Avec ces tout nouveaux poumons, la durée de vie moyenne est de 10 ans. Certaines personnes vivent jusqu'à 14 ou 15 ans. Cela vous donne envie d'apprécier chaque jour que vous avez. Rentrer chez soi, retrouver sa famille et cette magnifique ferme, me réveiller et l'apprécier chaque jour, c'est plutôt bien. »

Millar et sa femme, Sondra, fiers parents de Melissa et Ashley, profitent de leur vie de grands-parents et semblent avoir adopté Gallucci comme l'un des leurs.

Au fur et à mesure que les animaux de l'exploitation s'améliorent et que leur nombre augmente, Millar a déclaré qu'il encourageait Gallucci à s'assurer qu'il s'occupe à la fois de son entreprise et de sa famille, en tenant compte de certains animaux qui pourraient avoir besoin de traverser la frontière dans les années à venir.

« Il fait un excellent travail et je ne peux pas en dire assez sur ce jeune homme », a déclaré Millar. « Avoir un été comme celui que nous avons passé avec les chevaux est génial, mais j'ai aussi de merveilleux petits-enfants, des filles géniales et une femme formidable. J'ai beaucoup de chance. J'ai eu de la chance toute ma vie. »

Toujours aussi optimiste, Millar ne peut s'empêcher de garder un œil sur l'avenir.

« C'est génial de savoir que Prohibition Legal et Silver Label feront partie de ma bande de poulinières dans l’avenir », a déclaré Millar. « Et c'est génial de penser que dans quelques années, nous casserons leurs bébés. Cela m’enthousiasme. »

Cet article a été publié dans le numéro de decembre de TROT Magazine.
Abonnez-vous à TROT aujourd'hui en cliquant sur la bannière ci-dessous.


view counter
 
 
 

© 2022 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal