Nous vivons dans ce que nous laissons derrière nous

Quand je vais sur les réseaux sociaux, seulement sur Facebook vraiment, c’est juste pour rattraper le temps avec mes amis et ma famille, lire des potins et ainsi de suite. Je ne me soucie pas beaucoup des publicités et je les défile généralement pour la plupart… Mark Zuckerburg n’a pas besoin de mon aide pour se remplir les poches.

Il y a eu une annonce là-dessus récemment - pour le Musée royal de l’Ontario, je crois - qui a attiré mon attention. Je n’ai aucune raison de cliquer dessus, mais je l’ai lu plusieurs fois. Ça disait simplement “Nous vivons dans ce que nous laissons derrière nous”. En tant que parent, l’expression a évidemment touché une corde sensible chez moi.

Pour beaucoup d’entre nous, il s’agit de nos enfants - vouloir que ce soit mieux pour eux que pour nous… peu importe comment c’était pour nous. Voulant qu’ils soient en sécurité, prospères et heureux. Beaucoup d’entre vous savent exactement ce dont je parle.

Il y a un peu plus de 14 ans, mon fils et moi étions en voyage à Cooperstown, NY avec son équipe de baseball, Les Cambridge Cubs Peewee, afin qu’il puisse jouer dans un magnifique tournoi au Cooperstown Dreams Park. Ce fut une excellente semaine, mais lorsque tous les autres membres de l’équipe sont rentrés chez eux, lui et moi nous sommes dirigés vers le sud… vers The Meadowlands.

J’avais encore un jeune cheval que j’entraînais du côté du centre d’entraînement de Baycairn, et nous avions un voisin célèbre dans l’écurie d’à côté qui participait aux éliminatoires du Meadowlands Pace ce samedi soir. Chez nous, en Ontario, l’entraîneur du cheval, Brent MacGrath, avait gentiment laissé mon fils interagir avec Somebeachsomewhere à plusieurs reprises, même une fois en le laissant tenir la laisse tandis que le plus grand cheval à avoir jamais regardé à travers une bride (à mon avis) mangeait un peu d’herbe. Nous nous dirigions vers un week-end au New-Jersey pour regarder la course de nos amis.

Le gros cheval a gagné facilement le soir où nous étions là-bas, et quand nous sommes entrés dans le cercle des vainqueurs par la suite, Paul [MacDonell] et Brent ont été surpris de nous voir mais nous ont accueillis tout de suite. La photo reste encadrée et accrochée au mur de notre salon toujours à ce jour.

Une semaine plus tard, nous avons crié frénétiquement devant le téléviseur de notre chalet familial, à environ 900 km, en regardant la meilleure et la pire course que nous ayons jamais vue, alors que SBSW a été battu pour la seule fois de sa carrière, dans ce qui était probablement sa meilleure performance.

La plupart d’entre vous savez de quelle course il s’agit, et vous vous souvenez probablement où vous étiez quand vous l’avez regardée. Beaucoup d’entre vous ont été aussi impressionnés que nous par le résultat, mais nous savions tous que cela faisait partie de la « game ». Et dans de nombreux cas, le héros équin connu sous le nom de “The Beach” n’a été que plus adoré après cette défaite.

Le samedi 16 juillet 2022, je me suis assis à nouveau avec mon fils et j’ai regardé un scénario hollywoodien se dérouler juste devant nous alors qu’un fils de la dernière génération de Somebeachsomewhere a remporté la seule course que son père n’a pas pu gagner, pour le même entraîneur et la plupart des mêmes propriétaires qui avaient ressenti ce chagrin dans le New Jersey 14 ans plus tôt.

Nous, comme la plupart des hommes à chevaux canadiens, j’en suis sûr, applaudissions Beach Glass, peut-être en partie pour venger la seule perte de son père d’une manière ou d’une autre, ou simplement parce que cela faisait une si belle histoire. Mais au fur et à mesure que la première moitié de la course se déroulait, nous avons tous les deux remarqué une étrange similitude avec cette édition 2008, comme le montrent ces lignes partielles du graphique ci-dessous :

BEACH GLASS                                 (PP  -  ¼  -  ½ ):  6      4°/2T        1°/1

SOMEBEACHSOMEWHERE  (PP  -  ¼  -  ½ ):  2       4°/2H       1°°/NS

Bien sûr, dans la version 2022, ils ont atteint le demi-mile en : 53,2 et non en : 51,4, Beach Glass a pris le contrôle et le reste appartenait à l’histoire - une victoire facile en 1: 47,2. Les MacGrath, l’écurie Schooner II, Yannick Gingras et la plupart des amateurs canadiens ont applaudi.

Cependant, est-ce que c’était justifié pour The Beach? Les gens se sentaient-ils aussi heureux pour lui que pour Beach Glass ? Cela dépend à qui vous demandez, je suppose.

Personnellement, je me suis questionné un peu - je ne peux pas mentir. Le résultat du Pace 2008 m’avait laissé un peu mauvais goût dans la bouche durant toutes ces années.

Yannick Gingras l’a même mentionné dans le cercle des vainqueurs par la suite lorsqu’il a dit qu’il s’était senti un peu coupable au fil des ans parce qu’il avait été largement impliqué dans la bataille de vitesse en amont qui a mené en partie à la défaite de Beach.

Lorsque je lui ai demandé, Brent MacGrath m’a dit: «Ça justifie maintenant pour Beach. Pas parce que nous avons conservé le record pendant toutes ces années ou quoi que ce soit. J’étais tout à fait prêt à ce qu’il se fasse battre à l’époque… ils se font tous battre. Non, je ressens un peu de justification parce que ses fans le ressentent, et s’ils le ressentent, c’est réel… alors il y a une raison pour lui, que je dise qu’il y en a ou non. En fait, peu importe ce que je pense.

Qu’en est-il de Paul MacDonell, l’homme qui a conduit Somebeachsomewhere, entrainé et conduit la mère de Beach Glass, Im With Her, et a donné à Beach Glass lui-même ses premières leçons de vie, tout en le conduisant pour ses six premiers départs en carrière.

Je connais Paul depuis de nombreuses années, et c’est un homme qui laisse généralement parler ses actions, donc pour moi, il était plus que normal qu’environ 10 minutes après que Beach Glass ait franchi le fil en premier dans le Meadowlands Pace, Paul MacDonell était dans le cercle des vainqueurs à Woodbine-Mohawk Park avec Mappos Lion - un cheval qu’il entraîne et conduit. Au fait, Mappos Lion est un fils de Sunshine Beach, ce qui en fait un petit-fils de… vous l’avez compris… Somebeachsomewhere.

Nous vivons dans ce que nous laissons derrière nous.

Dan Fisher - [email protected]