view counter
 
view counter
 
 

Un nom manque à notre North America Cup Spring Book Odds

Point De Vue

Quand je dis aux gens de l'extérieur de notre industrie, ce à quoi ressemblait l'entraînement de chevaux de course comme gagne-pain durant les années que je l'ai fait, je leur dis souvent ceci :

" Imaginez que vous travaillez au moins 70 heures par semaine, à une tâche très exigeante physiquement, alors que vous luttez avec des animaux de 1 100 livres, que vous lancez des balles de foin, transportez de nombreux seaux d'eau et de lourds sacs de nourriture, et que vous travaillez principalement à l'extérieur, à une température se maintenant entre 35 et -25 degrés Celsius. "

Ils répondent souvent en ces termes, " Wow, ca semble difficile. "

Mais aussi exigeant physiquement qu'il n'en paraisse, c'est une profession BEAUCOUP plus difficile, mentalement. "

Bien sûr, la plupart manifeste leur accord ou étonnement par un hochement de tête. D'autres vous prennent tout simplement au mot. Et d'autres encore demandent des exemples - dont j'ai amplement. Mais jusqu'à ce que vous le viviez, puisque plusieurs d'entre vous lisez ceci à l'heure actuelle, c'est vraiment impossible à expliquer.

Comme arriver à la maison à 1 h, gelé, sale et épuisé, après une journée de travail de 16 heures, assis dans votre camion en réalisant que non seulement vous n'avez pas fait d'argent, mais qu'après avoir comptabilisé les dépenses, vous avez probablement perdu 300$.

Ou quand, quelques jours après avoir refusé une offre d'achat dans les six chiffres pour un cheval que vous possédez et entraînez, vous arrivez dans l'étable et découvrez qu'elle a une tendinite.

Évidemment, il y a plusieurs merveilleuses choses qui arrivent dans notre sport aussi, et c'est ce qui fait que nous le poursuivions. Mais récemment j'ai appris un incident qui m'a rappelé exactement à quel point nous devons être forts, mentalement, pour persévérer dans ce domaine.

Je me trouvais au paddock de Mohawk le samedi matin du 10 mars, aidant mon ami et entraîneur, Shane Arsenault, à entraîner quelques poulains trotteurs dont des membres de ma famille et moi-même possédons de petites parts. C'était par un beau matin ensoleillé d'hiver, et j'étais juste heureux de me retrouver sur le sulky pour quelques heures passées à entraîner des poulains. C'est alors que la nouvelle est tombée dans le paddock que Keystone Concrete, 2 ans, OSS Super Final Champion et propriété de Rob Fellows était mort en piste. Alors que mes pensées allaient vers Rob, j'étais dévasté pour lui.

Aujourd'hui âgé de trois ans, et récemment enregistré dans des courses telles que la N.A. Cup ainsi que la Breeders Crown, c'était le type de cheval qu'un homme comme Rob attendait depuis fort longtemps. Ne vous méprenez pas, comptant 1 319 victoires en entraînement, et tout juste sous les 20 M $ de bourses en carrière, Rob a eu une bien meilleure carrière que la plupart. Et il a eu quelques très beaux chevaux en cours de route - le millionnaire Hyperion Hanover me vient à l'esprit, entre autres. Mais ce poulain ressemblait à un candidat légitime à la Cup, n'ayant jamais manqué les deux premières places en sept départs comme recrue, pour des gains de 214 850 $, défaisant des Stag Party, Bettors Wish, ainsi que Bronx Seelster lors du Championnat OSS de fin d'année.

Mais ce rêve s'est envolé pour le moment, et voilà que c'est sans aucun doute quelque chose qui a mis à l'épreuve, à tout le moins, la force mentale de Rob. Mais connaissant Rob, je sais que c'est un test qu'il passera avec brio, tout comme plusieurs autres hommes de chevaux. Parce que c'est ce que nous sommes.

Au cas où vous ne le connaîtriez pas, Rob Fellows c'est le gars, qui, si la chance ne vous sourit pas beaucoup, expédiera votre cheval aux courses sans frais, parce dit-il, " J'y allais de toute façon. "

Rob Fellows est ce gars qui assiste à un événement collecteur de fonds pour une personne malade, gagne 400 $ au tirage moitié-moitié, et le remet immédiatement à l'enfant de son ami malade - procurant un moment heureux dans une situation impossible.

Rob Fellows est ce gars qui vous parlera durant des heures, essayant de résoudre des problèmes de course, parce qu'il aime vraiment le sport et qu'il veut qu'il prospère, pour son fils Kyle, et tous ceux qui suivent ses pas.

Voilà qui est Rob Fellows. Et c'est la raison pour laquelle il passera ce test. Parce qu'il est l'un des nôtres, et s'il lutte le moindrement, il sait que nous serons derrière lui. Tout comme il le ferait pour nous.

Dan Fisher
[email protected]

Cet article a été publié dans le numéro d'avril de TROT Magazine.
Abonnez-vous à TROT aujourd'hui en cliquant sur la bannière ci-dessous.


view counter
 
 
 

© 2019 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal