view counter
 
view counter
 
 

A la santé de nos éleveurs !

Point De Vue

Je déteste vraiment que (and) les gens se disputent pour savoir qui est le plus important pour notre entreprise.

« Sans propriétaires, il n’y aurait pas d’acheteur pour les chevaux.» VRAI !

« Sans éleveurs, il n’y aurait pas de chevaux à acheter. » VRAI !

« Sans entraîneurs ni palefreniers, il n’y aurait pas de produit. » VRAI !

« Sans clients qui parient, il n’y aurait pas de revenus.» VRAI !

Mais arrêtez… s’il vous plaît. Nous sommes tous dans le même bateau, la plupart d’entre nous parce que nous aimons cela, et ensuite pour les chevaux eux-mêmes, personne n’est plus important que l’autre. Nous sommes tous importants.

Mais aujourd’hui, je tiens à rendre hommage à nos éleveurs.

Lorsqu’il se passe quelque chose lors d’une vente, comme lors de la soirée d’ouverture à Lexington il y a quelques semaines, où les year-lings se vendaient comme des petits pains - des petits pains très chers - je sais que certaines personnes se sont plaintes de la situation des éleveurs. Et oui, lorsque 115 yearlings défilent sur le ring en quelques heures et se vendent en moyenne 161 217 $, cela semble être le cas. Mais si c’était si facile, pourquoi ne le faisons-nous pas tous ?

Évidemment, ce n’est pas si facile, et je peux partager un peu de ma propre expérience de ces dernières années pour illustrer à certains, qui ne le savent pas encore, pourquoi ce n’est pas le cas.

Certes, il s’agit d’un petit échantillon, mais c’est le seul dont je puisse parler de première main.

J’ai une poulinière, en partenariat avec Tom Grossman des Blue Chip Farms. Un partenaire incroyablement génial avec une installa-tion/ferme de poulinières sans pareil.

Le partenariat a commencé en 2016 lorsque ma jument Bettors Delight a mis fin à sa carrière de course et Tom et moi l’avons accouplée à Sunshine Beach, ce qui a donné naissance à un magnifique poulain. Il a été vendu en 2018 pour la somme raisonnable de 25 000 $ et nous étions sur notre départ. Il a pris une marque de 1:55 au début de l’hiver de ses trois ans et semblait être un bon OSS Grassrooter au moins, mais après l’arrêt de la pandémie ce printemps-là, il s’est blessé à un genou et a régressé à partir de là.

Le poulain numéro deux n’est jamais arrivé. La jument était gestante d’American Ideal et l’a perdu - il était trop tard pour la faire re-produire à nouveau à ce moment-là, nous avons donc perdu une année entière.

Le poulain numéro trois était un poulain parfait de la première génération de Huntsville qui devait être vendu à Harrisburg. Ai-je men-tionné la pandémie ? Finalement, il a eu la chance de se vendre le dernier jour de la vente en plein air de Timonium, un jour qui, par la faute de personne, et grâce à des jours de pluie, de froid et de vent, s’est avéré être une journée d’acheteurs - c’est le moins que l’on puisse dire ! Les Huntsville ont eu chaud tout l’automne, et notre estimation de 30 000 $ ou plus n’a pas été à la hauteur lorsque le marteau est tombé à 10 000 $.

La veille de la vente de notre poulain de Huntsville, sa sœur sevrée par Hes Watching a développé une mauvaise colique. Tout ce qui pou-vait être fait pour elle l’a été, mais elle est décédée à l’hôpital vétérinaire un jour plus tard. Nous n’avons donc pas de yearling à vendre en 2021.

Nos espoirs reposent maintenant sur un autre superbe poulain de Huntsville qui sera vendu en 2022, avec le poulain McWicked dans son ventre.

Pour être tout à fait honnête, je n’échangerais pas cette expérience, et Tom, Jean [Brown] et tous les membres de Blue Chip sont excel-lents. J’aime travailler avec eux et je me réjouis de l’avenir qui nous attend. Mais je vous en prie, même lorsque vous voyez des yearlings se vendre à 800 000, 750 000 et ainsi de suite, ne pensez jamais que c’est facile.

Je sais que pour nos éleveurs, les heures sont longues, l’investissement - en temps et en argent - est énorme, et bien que les hauts puissent parfois être très élevés, les bas arrivent souvent et sont généralement assez bas.

Mais si vous ne me croyez pas, essayez quand même. Nous n’avons pas un énorme surplus d’éleveurs et nous en aurions besoin de plus. Hmmm, je me demande pourquoi ?

Dan Fisher
[email protected]


view counter
 
 
 

© 2021 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal