view counter
 
view counter
 
 

Souvenirs de Noël

Point De Vue

Quand vous dites à quelqu’un que vous êtes une personne très impliquée dans le domaine des chevaux Standardbred, il n’a vraiment aucune idée de ce que cela implique. Habituellement, si la conversation se poursuit, à un certain moment donné vous lui direz « Ce n’est pas vraiment un travail, mais plutôt un mode de vie. » Mais ces mots et la profondeur de cette déclaration ne les impressionneront pas outre mesure.

Ce ne me fut jamais plus évident, que quand j’ai récemment pris le temps de penser à Noël, et à sa signification pour moi - c’est-à-dire, les souvenirs. Plusieurs d’entre eux, sans surprise, comportent une forte dose d’histoires de chevaux.

LA FÊTE DE NOËL DES EMPLOYÉS : Voilà un événement devenu tradition pour plusieurs – un temps pour manger et boire avec vos collègues de travail, généralement organisé par la compagnie pour laquelle vous travaillez. Pour moi, mon souvenir le plus mémorable de ces parties a eu lieu dans l’allée de mon bon ami, Joey MacIsaac, il y a plusieurs années dans le dernier droit de Mohawk. À chaque année, habituellement un mercredi après-midi de décembre, Joey tenait sa Fête de Noël pour l’écurie. Ceci signifiait essentiellement que quand vous aviez terminé votre travail, soit vers 13 ou 14 h si possible , vous vous dirigiez là pour manger et boire dans l’allée, avec les chevaux, tout l’après-midi. Oh, si les murs pouvaient parler! Habituellement, vers 20 h ou 21 h, quand les chevaux commençaient à en avoir assez de nous, les quelques survivants se rendaient au Mohawk Inn, au cas où les célébrations ne seraient pas tout à fait terminées.

LE MATIN DE NOËL : Quand je suis devenu papa, et que Santa arrivait à ma résidence après un long repos, il est devenu très important d’aller à l’écurie assez tôt pour soigner les chevaux et pouvoir revenir à la maison avant que mon fils se lève. Cela n’a jamais été plus difficile que durant les deux années où j’ai eu une poulinière, First Dawn, qui aimait courir. Elle DEVAIT absolument jogger tous les jours, et Noël n’était pas différent. Quand je me remémore des souvenirs spécifiques de ces matins de Noël, je pense immédiatement aux matins où je joggais First Dawn, à 4 h 30 du matin.

NOS BAS DE NOËL: Chez moi, le jour préféré de mes parents et le mien aussi, était le programme du lendemain de Noël. Le programme du Lendemain de Noël à Greenwood, puis à Woodbine, était le jour plus attendu de l’année, et dès que les cadeaux étaient déballés, les prévisions commençaient.

LA TRADITION DU LENDEMAIN DE NOEL : Se lever tôt. Jogger les chevaux et les rentrer. Manger des sandwichs à la dinde dans la voiture, en route vers Greenwood pour le programme de 13 h, habituellement devant près de 10 000 personnes dans la grande tribune. Éventuellement, une année, quand mon propre Chris Seelster a perturbé un peloton de tête d’ambleurs hautement conditionnés du programme du Lendemain de Noel à Woodbine, à mes yeux, c’était comme gagner la North America Cup.

FAMILLE ÉLARGIE : Quand je lève mon verre le Jour de Noël, pour porter un toast à mon fils, ma soeur, mes parents, mon frère et les belles-sœurs, mes nièces et neveux, je porte aussi un toast à ma famille de la piste de course – et c’est toute une famille. Elle est grande et étendue, et nous ne nous voyons pas beaucoup. En fait, plusieurs d’entre nous ne se sommes jamais même rencontrés en personne. Mais nous sommes unis par la passion que nous avons tous pour les chevaux de course Standardbred, et quelle famille nous sommes. Alors, à tous, santé! Seulement, ne vous attendez pas à un cadeau.

Dan Fisher
[email protected]


view counter
 
 
 

© 2020 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal