view counter
 
view counter
 
 

Vue Du Sommett

Trot Feature: Racetrack Operators

LES PISTES DE COURSES SOUS HARNAIS ne peuvent s'éloigner du passé ni de ses traditions aussi facilement que d'autres entreprises.

Par Melissa Keith // Traduction Louise Rioux

Elles comptent sur une base de clients qui en est déjà à ses années de l'âge d'or; elles doivent disposer et maintenir des infrastructures ayant été bâties alors que les terrains étaient bon marché, que les populations rurales étaient nombreuses, que le sport des courses de chevaux connaissait " la croissance la plus rapide " en Amérique du Nord. Trop de perturbations pouvaient éloigner les parieurs les plus loyaux et les participants, ou menacer l'existence des pistes de la base où la tradition est une des plus grandes forces. Pas assez de perturbation, et le sport se retrouve à défendre des pratiques qui ne servent plus ses intérêts.

TROT est allé recueillir les points de vue de quatre personnes qui, soit travaillent ou ont travaillé du côté des opérations de pistes de courses, afin de connaître leurs réflexions sur ces questions.

Murielle Thomassin
Directrice générale, de l'Hippodrome 3R de Trois-Rivières, Québec.

La jeune directrice de l'unique hippodrome avec pari mutuel sans 'racino', a été nommée à ce poste l'été dernier. L'Hippodrome de Trois-Rivières, situé à environ une heure et demie de Montréal, peut compter sur des amateurs fidèles qui assistent aux programmes et parient, ce qui inspire la confiance en Murielle Thomassin.

Elle a dit à TROT que les opérateurs de pistes de courses doivent se considérer l'une et l'autre, en partenaires potentiels travaillant pour l'avenir du sport. " J'aimerais voir de plus en plus les hippodromes travailler ensemble. Par exemple, par un échange de publicité gratuite entre nos courses afin de faire la promotion d'événements à venir se déroulant à une autre piste. " Les plus gros événements du sport peuvent se révéler les meilleures rampes de lancement de nos programmes de courses de marque sur de plus petites pistes ou pistes en difficulté. " Par exemple, Le Little Brown Jug ou l'OSS Gold Super Finals… Disons-le comme cela, un genre d'entente comme " je vous aide, et en retour vous m'aidez quand mon grand événement arrive, " explique-t-elle. " Je crois qu'en étant unis, notre sport survivra longtemps. "

Volume en croissance signifie reconnaître que les clients ont plusieurs choix de divertissements et de jeux aujourd'hui, contrairement aux siècles passés alors que les courses étaient l'un des seuls sports à offrir des options légales de paris ainsi que des sports ruraux. Reconnaissant que les plus jeunes veulent un produit de pari mutuel les attirant, non pas un produit " du bon vieux temps ", Thomassin refuse de fonder l'avenir de l'Hippodrome 3R sur son passé. " Nous travaillons fort ces jours-ci pour changer l'image de nos salons de pari, " dit-elle. " Nous aurons une apparence plus à la mode qui invitera les nouvelles générations. Nous instruirons le public sur la façon de parier dans tous les sites, ainsi qu'à l'hippodrome. "

Paul Ryneveld
Directeur général, Century Downs Racetrack and Casino, Balzac, Alberta

L'Alberta est une province où les courses sous harnais sont sur la voie de retour, ce, en grande partie grâce à l'ouverture de Century Downs en 2015, et aux débuts imminents du Century Mile en 2019. Ryneveld possède une expérience de trois décennies en matière de pari mutuel, ayant passé 12 années dans des postes de haute direction des 'racinos'.

Notre produit de course Standardbred doit concurrencer celui de son rival Thoroughbred en matière d'attention et de dollars en Alberta. " Les deux industries, de toute évidence, existent depuis fort longtemps dans l'Ouest Canadien, " dit le directeur général de la piste qui accueille les deux races. " Mais, on démontre plus d'intérêt pour les Thoroughbred ici. Lorsque nous avons tenu notre petite rencontre de Thoroughbred l'automne dernier, nos plus mauvais jours étaient aussi bons que certains de nos meilleurs jours en Standardbred, et cela ne dépend que du fait de l'intérêt des gens pour les différentes races. " Quand il travaillait au Michigan, il a constaté que les goûts locaux penchaient vers les courses sous harnais, même si les courses de Thoroughbred étaient plus abondamment promues.

En introduisant des événements spéciaux reliés aux courses sous harnais à Century Downs, la piste a pu accroître tant son auditoire de l'extérieur qu'en piste. Parmi ces événements, il y a eu la première étape du premier Championnat mondial des conducteurs 2017, un séminaire complet de handicapping 'Racing 101' pour les dames, comprenant un prix d'entrée de 25 $, de même qu'une journée de course à très grand succès présentée conjointement avec Packwood Brand, qui font la promotion de leurs jours de course avec droits d'entrée en regroupant " un loisir du monde ancien avec la sophistication d'un nouvel auditoire. " Le jour de l'ouverture de 2018, il n'y avait que des " places debout " pour accueillir le tutorat de la piste " Betting Basics " (les Bases du pari), et qui selon Ryneveld se tiennent chaque jour de course en direct la fin de semaine.

La propriété fractionnée par contre, présentée par Century Downs Racing Club, s'est aussi révélée une puissante stratégie, fait remarquer le directeur de piste. " Ces gens deviennent vos ambassadeurs. J'ai l'impression que dès que vous leur montrez ce qui se passe en arrière scène - ils peuvent monter dans la barrière de départ ou aller voir l'endroit où se tient l'annonceur, ce qui fait d'eux des gens plus investis, du point de vue de l'amateur. "

Ryneveld prévoit que la nostalgie pour le maintenant défunt Northlands Park s'estompera dès que les clients s'empareront des aménagements améliorés du Century Mile, qui desservira bientôt le marché d'Edmonton.

" Il y a un avantage certain à avoir une installation plus récente. Nous construisons le Century Mile pour améliorer l'expérience-client, alors quand les gens y viendront, ils l'apprécieront. "

Le système de pari mutuel ne dessert pas les courses aussi bien dans un environnement où il y a de nombreuses alternatives légales de jeu, avance-t-il. Le monopole qui, jadis, attirait un public de joueurs, est disparu.

" C'est ce dont l'industrie des courses doit se défaire, et que plusieurs n'ont pas compris. Aujourd'hui, ce sont des amateurs de course qui sont ici, et des gens qui sont certainement des parieurs sur les chevaux. " Century a changé son caractère unique en " optimisant les courses de chevaux en tant qu'avantage compétitif sur le reste des casinos de Calgary. "

Jessica Buckley
Présidente, Woodbine, Mohawk Park, Campbellville, Ontario

Avec la relocalisation de tout le programme de divertissement de Standardbred à Woodbine, Mohawk Park, la plus grande piste de course de la nation a opté pour le déménagement des courses sous harnais à l'extérieur du Grand Toronto. Supervisant la transition, se trouve Buckley, qui agissait à titre de Vice-Présidente des Relations communautaires et des Affaires corporatives avant d'être nommée à son nouveau rôle l'été dernier.

L'exécutive des courses ne craint pas de voir grand. Les espoirs de Buckley pour l'avenir sont motivés en partie par un fort déclin du nombre de chevaux Standardbred actifs en course. " La population de poulains est en hausse en Ontario, et cela fait plaisir à voir, " dit-elle. " Nous nous sommes engagés à présenter le meilleur produit de course possible, et cela signifie des courses à dix chevaux aussi souvent que possible. Notre département de course fait un excellent travail et nous continuerons de travailler aux moyens d'améliorer la communication avec nos gens de chevaux, afin de remplir nos courses et d'offrir un grand produit. " Des dates de course prolongées à l'installation annuelle de Campbellville, la confronte à a un " heureux problème " : celui de développer et de veiller à la mise en œuvre d'innovations dans la présentation de nouveaux programmes saisonniers.

Un nouveau restaurant situé dans la grande tribune et donnant sur la ligne d'arrivée, est un signe de sensibilisation envers la clientèle que Buckley invite à se joindre aux amateurs déjà accrocs aux courses de chevaux. " MHK - Mohawk Harvest Kitchen " est décidément une coche au-dessus des frites ordinaires et du café servis aux pistes de course; le menu d'inspiration locale, créé par les chefs de Woodbine reflète les tendances populaires chez les Canadiens, les clients recherchant des plats santé aux saveurs sophistiquées.

Rapprochant les courses attelées pour regagner leur part de marché en tant que sport de spectateur et activités de jeu, représente un énorme défi, même pour les plus grosses pistes du Canada. Buckley est prête et motivée par l'appui renouvelé politique à Queen's Park. " Je crois que l'engagement du gouvernement ontarien est une bonne nouvelle qui redonne confiance aux éleveurs, " dit-elle à TROT. " Pour que notre sport réussisse et progresse, nous avons besoin que tous les secteurs de l'industrie fassent leur part, et ça commence par de l'investissement de la part des éleveurs et propriétaires. "

Brett Revington
Ex-Gérant de l'expérience de course, Red Shores Charlottetown et Summerside, IPE, et ancien Directeur de course, Isle Casino Pompano Park, Florida

Srésentement directeur du Bureau de Standardbred Racing à la Pennsylvania Horse Racing Commission, Revington ne travaille plus du côté des opérations aux pistes de course de l'industrie. Mais il a atteint un niveau de réputation dans l'aide apportée aux pistes ayant de l'âge, en les assistant à s'adapter aux goûts modernes, et une carrière remplie d'expériences variées en courses sous harnais lui a permis d'acquérir de précieuses connaissances.

Revenant sur ses années à la direction de piste de course, Revington dit que les secteurs favoris de son travail sont la camaraderie qui s'est développée entre les membres du personnel et les participants, et " le défi quotidien d'essayer de faire bouger l'aiguille quand vient le temps de parier. " Des cagnottes toujours en croissance sont devenues son objectif personnel. " C'est ce qui m'a motivé " en tant que directeur dit-il au TROT. " Heureusement, j'ai eu du succès dans ma démarche d'augmenter les chiffres de cagnotte du Red Shores à l'IPE ainsi qu'à Pompano, Floride.

Porter un oeil nouveau sur l'intégrité, faire de nos clients, notre¬¬ priorité, ainsi que l'amélioration des statistiques du cheval nord américain ne peuvent qu'être bénéfiques à l'industrie, selon l'estimation de Revington. Les statistiques concernant l'élevage et la propriété de Standardbred peuvent s'améliorer si plus de propriétaires à petite échelle sont recrutés dans le sport : " J'aime vraiment le concept de la propriété fractionnée, puisque la propriété d'un cheval devient beaucoup plus abordable pour bien des gens, ce qui, espérons-le, aidera le point de fourniture de chevaux à l'avenir. " Bien que travaillant aux États-Unis depuis 2014, Revington dit qu'il n'a pas rencontré de différences importantes dans ce qui aide ou entrave le sport : " Je crois que des deux côtés de la frontière, on connaît les mêmes problèmes. Nous nous surveillons de près et je ne crois pas qu'un problème en particulier est unique à chacun. " Les courses sous harnais canadiennes et américaines partagent présentement un atout de marketing sous-utilisé - le cheval Standardbred. " J'ai le sentiment que nous avons une industrie passionnante et qui est attrayante aux yeux de plusieurs, si nous tenons compte de l'apparence du cheval, " dit-il. " La beauté, la puissance et la vitesse de ces animaux sont vraiment fascinantes, et nous devons saisir ce moment. "

What is the biggest obstacle that customers face in harness racing?

MURIELLE THOMASSIN: " Je crois que le plus grand obstacle sont nos amateurs vieillissants. Nous devons, d'une certaine façon, remonter le temps et enseigner à la nouvelle génération le comme à sa famille. "

PAUL RYNEVELD: " Les pistes de course sous harnais ne font pas face qu'à un seul obstacle - il y a en a plusieurs. Pour nous, ce peut être différent des autres pistes d'Ontario ou d'ailleurs, parce que nous sommes sur une île - nous sommes les seuls avec la CB, alors pour moi, le plus grand obstacle est d'essayer d'en améliorer l'image et la cagnotte, tout cela sur le modèle des courses sous harnais de l'Ouest Canadien. Une partie du problème auquel nous faisons face est la pénurie de chevaux, particulièrement au commencement et à la fin des courses. Dans l'industrie à travers l'Amérique du Nord, nous avons souffert des problèmes d'intégrité soulevés et qui empêchent les clients de parier sur les courses. Cela conduit à un manque de gageures, qui n'empêchent pas les gens d'y miser puisque vous avez de petites cagnottes. Ils vont tous de pair. "

JESSICA BUCKLEY: " Tellement de places d'affaires font face à l'obstacle de demeurer pertinentes et fraîches. Je pense que les courses sous harnais rencontrent le même, puisque nous serons toujours en compétition avec d'autres sports et options de jeux disponibles localement et en ligne. La façon de demeurer pertinente est par l'usage des nouvelles technologies qui simplifient le sport et le rendent plus accessible à quiconque. L'internet a été une énorme occasion pour les courses, grâce à des plateformes de pari innovatrices et de grand contenu vidéo. Nous continuerons à utiliser la technologie pour fournir cela à une nouvelle génération d'amateurs. "

BRETT REVINGTON: " L'approvisionnement en chevaux demeure une très grande inquiétude pour l'industrie tout entière. Cela conduira à l'annulation de programmes de course, à moins de courses et à de plus petits pelotons sur lesquels les clients pourront miser. J'aime réellement le concept de la propriété fractionnée qui rend la propriété de chevaux beaucoup plus abordable pour la plupart des gens ce qui, je l'espère, aidera l'alimentation en chevaux à l'avenir. "

What is the best part of harness racing?

MURIELLE THOMASSIN: " La meilleure partie de mon travail est quand je vois les gens venir à l'hippodrome les jours de course. Cela me rappelle que nous sommes dans l'industrie du sport pour une raison. Les gens qui y viennent, aiment cela, tout simplement.

PAUL RYNEVELD: " À Calgary, c'était presque comme entrer dans un nouveau marché. À notre ouverture en 2015, les courses de Standardbred étaient disparues depuis neuf ans. Les gens qui fréquentent l'OTB, étaient passés à autre chose - ils misaient sur d'autres produits. Il y a encore des gens qui se rappellent le Stampede Park, bien sûr, mais pour moi, la meilleure partie c'est la croissance. Chaque année, depuis 2015, 2016 et 2017, nous avons constaté une croissance des cagnottes aussi bien qu'une croissance des activités que nous avons reliées aux courses attelées. L'an dernier, nous avons donné le coup d'envoi du Championnat mondial des conducteurs et c'était une excellente façon de présenter les courses d'ici au reste du Canada et au monde entier. La chose la plus agréable à voir c'est que nous avons fait progresser l'industrie.

JESSICA BUCKLEY: " J'ai le meilleur travail au monde et j'aime ce que je fais. La meilleure partie c'est d'être autour des hommes de chevaux et des chevaux. Chaque soir est super, mais les soirées de grosses courses sont spéciales parce qu'il nous semble être tout près des étoiles. Toute ma vie, j'ai été autour des chevaux et j'aime avoir la chance de marcher dans le paddock et profiter des paysages et des odeurs. Quand je vois à quel point tout le monde accomplit passionnément son travail, c'est facile pour moi de me rappeler la raison pour laquelle nous faisons ce travail. "

BRETT REVINGTON: " J'ai eu l'occasion de voir cette perspective de plusieurs facettes de l'industrie, de la propriété, au bureau de course, juge, direction de piste, et aussi du côté de la réglementation. Parlant du point de vue de l'administration de piste, c'est le défi quotidien d'essayer de faire monter l'aiguille du pari. C'est ce qui me motivait réellement. Heureusement, j'ai réussi à augmenter la cagnotte au Red Shores à l'IPE et à Pompano en Floride. L'équipe de Pompano et moi discutions souvent du rendement obligatoire que nous avions eu en 2015. Nous avions un report de quelque 210 000 $ tard en saison et où le nombre de chevaux était à son plus bas. Nous avons réussi à organiser une course à réclamer modeste et ce soir-là, il s'est gagé 1,1 M $ de nouvel argent injecté dans cette cagnotte. L'équipe était très encouragée face à cela. Gabe Prewitt fait un travail considérable et il a poursuivi le plan développé, et le pari a continué d'être fort au sud de la Floride. Mais à part cela, j'ai vraiment aimé les relations développées au fil des ans avec le personnel et les participants. "

In a perfect world I would love to see...

MURIELLE THOMASSIN: " J'aimerais voir tous les hippodromes mieux travailler ensemble. Par exemple, faire la publicité gratuite entre nos propres courses et les autres circuits pour promouvoir un événement bientôt à venir à une autre piste. Disons les choses ainsi, je vous aide et vous m'aidez lorsqu'arrive le jour de votre grosse course, ce genre de marché. Je crois qu'unis, notre sport survivra longtemps."

PAUL RYNEVELD: " Je crois que cela s'appliquerait à l'industrie en général : plus de propriétaires, plus de chevaux. Si nous avions plus de propriétaires, les gens élèveraient plus de chevaux, car il y aurait un marché pour eux. Je suis heureux de constater qu'ils sont en voie de normaliser les règlements du point de vue médical, et un point avantageux à mon avis, est que le CPMA a les mêmes règles et règlements à travers le Canada, alors qu'aux États-Unis, chaque état a ses propres règlements, ce qui à la longue, tend à la confusion, particulièrement pour un homme de chevaux ou un parieur quand vient le temps de faire son pari. Je suis un ardent défenseur d'un livre de règles et règlements applicable à travers le Canada, ainsi, il n'y aurait pas de devinette - il en va ainsi, où que vous coursiez, que ce soit en Alberta ou en Ontario ou Charlottetown, c'est la même chose. Ceci stimulera la confiance des parieurs. J'aimerais revoir le pari à cette époque - je regarde l'histoire des courses de chevaux en Amérique du Nord au début des années 1900, alors que ce fut aboli à cause de la corruption dans le pari et autres. La crainte persiste toujours pour le pari, l'échange de pari ou tout autre chose, mais c'est fondé sur le passé. " Mon point est que si une personne pouvait venir à Century Downs et avoir des cotes fixes sur un cheval, la cagnotte augmenterait. On devrait me prouver que j'ai tort avant que je change d'avis. "

JESSICA BUCKLEY: " Dans un monde parfait, j'aimerais voir des milliers de milléniaux s'engager dans la propriété fractionnée pour qu'ils puissent expérimenter l'excitation d'être propriétaire d'un cheval et aspirer à avoir plus de chevaux de course dans l'avenir. Dans un monde parfait, j'aimerais voir un produit de loterie intégrée avec OLG, qui supporterait directement les courses de chevaux et s'engagerait à titre de client du produit des courses. "

BRETT REVINGTON: " J'aimerais voir un regroupement de pistes en venir à une entente pour abaisser les taux de recettes et s'y engager pour deux ou trois ans permettant de donner une bonne chance de réussite à cette initiative. En même temps, le même groupe de pistes pourrait s'engager à programmer des heures de départ pour aider à l'élimination de la résistance. Programmer un horaire de 'temps d'arrêt' pour que chaque piste puisse avoir une fenêtre d'une ou deux minutes durant laquelle l'attention se porterait sur les clients. Des horaires de course coordonnés seraient aussi les bienvenus, contribuant ainsi à maximiser l'offre pour toutes les parties concernées. Et aussi, des règlements universels seraient intéressants, de même que des lignes directrices qui s'appliqueraient spécifiquement aux Standardbred. "


view counter
 
 
 

© 2018 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal