view counter
 
view counter
 
 

Un moment à ne pas manquer

Point De Vue

Il est vingt heures en ce dimanche soir glacial du sud de l’Ontario. Une pluie verglaçante et de la neige fondante balaient la région, et les spécialistes de prévisions atmosphériques encouragent fortement les résidents à rester à la maison.

Je suis à Flamboro Downs.

Comme les chevaux s’amènent en piste pour le programme de la soirée, le spectacle doit continuer. Pour sûr, il n’y a pas beaucoup de monde au paddock ou dans la grande tribune, et qui ne préférerait pas que ce soit l’été, mais les choses étant ce qu’elles sont, ce sont les courses sous harnais canadiennes – et le froid, les soirées d’hiver aux courses, ne sont pas des faits nouveaux pour quiconque dans ce sport.

Il y a deux ans, alors que je discutais avec un gentleman en soupant, de l’idée de s’impliquer dans les courses de chevaux, je suis presque certain que ni l’un ou l’autre ne se voyait à la mi-février à Flamboro Downs pour sa première course. Mais à 40 minutes de l’heure de départ de la neuvième épreuve, nous y voilà.

Nous avions espéré que notre cheval participe à la course de la Snowshoe Pacing Series les 20 et 27 janvier à Woodbine. Mon partenaire, qui se trouvait en Floride à ce moment-là, insistait pour réserver des vols sur Toronto afin de voir les deux courses, mais Mr Destruction a connu un petit recul. Son enthousiaste propriétaire était revenu à la maison par avion, pour retourner en Floride, puis revenir à la maison encore une fois, alors que notre cheval restait dans sa stalle, en se reposant confortablement.

Mais cette fois, ce n’est pas une fausse alarme. Après un congé de 366 jours, notre cheval de quatre ans est dans le paddock se préparant à la course… et mon partenaire qui assistait à des funérailles.

Mon téléphone sonne. « Darryl, je suis à Vaughan, » dit-il. « Puis-je arriver à temps? »

« Oui, viens-t’en maintenant, » lui dis-je.

“« En es-tu certain? » me demande-t-il.

« Absolument. Pars maintenant! »

Je raccroche le téléphone. D’aucune manière il peut y arriver. Mais je devais lui donner la chance d’être ici, même si la probabilité qu’il réussisse soit extrêmement peu probable.

Comme le peloton sort pour le défilé d’avant course, je l’appelle. « J’y suis presque boss, » dit-il. « Je passe Appleby Line. »

La course est à quelques minutes de la barrière, et notre nouveau propriétaire qui a passé deux années à rêver de ce premier départ, n’y arrivera jamais. Il n’est pas aussi près d’ici qu’il ne le pense, et il n’y a aucune indication qu’il y aura un délai. Je lui dis que je le rappellerais quand la course partirait afin qu’il puisse en entendre la description.

Comme il conduit dans cette poudrerie, en route vers Flamboro Downs, mon partenaire entend Gary Guy décrire la course. L’annonceur est vite submergé par une poignée d’amateurs encourageant Billy Davis Jr. comme il envoie Mr Destruction en troisième chemin dans le tournant final. Il gagne par une longueur et demie.

« Darryl, je suis arrivé, où dois-je aller, » m’appelant par télephone au moment nous entrons dans le Cercle du vainqueur. « Dirige-moi. Je ne sais pas où je m’en vais. »

Comme l’entraîneuse Rebecca Titus et son mari Steve amènent Mr. D devant la grande tribune, mon partenaire immobilise brusquement son véhicule à l’entrée principale de Flamboro Downs. Il traverse en courant l’entrée principale, passe la section des joueurs de machines à sous stupéfaits. Et comme la première photo de sa carrière de propriétaire est sur le point d’être immortalisée sans lui, il pousse les portes arrière à temps pour la photo.

« J’ai réussi, » dit-il, en prenant sa position près de la tête du cheval, tous sourires.

Au cours des prochains moins, mon partenaire, Harbhajan Singh Dhillon pourrait apprendre à quoi ressemble de perdre une course de chevaux (bien qu’il ne reconnaîtra pas cette possibilité présentement). Il pourrait apprendre aussi que conduire à deux fois la vitesse permise durant une tempête de neige est quelque chose à ne plus refaire.

Mais la suite de ce qu’il a appris, plusieurs dans ce monde ne le découvriront jamais – qu’il y a peu d’émotions aussi excitantes que votre cheval courant à tous les niveaux, sur une piste de course, et qui gagne une course.

C’est quelque chose que personne ne pourra jamais vous enlever.

Darryl Kaplan
dkaplan@standardbredcanada.ca


view counter
 
 
 

© 2017 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal