view counter
 
view counter
 
 

Jacob De La Rose: Horse Whisperer

Published: March 8, 2018 1:17 pm ET

No Comments | Jump to Comments

Shortly before returning to Montreal for training camp in August, Jacob de la Rose made a unique investment back home.

The 22-year-old forward and good friend Patric Skoglund purchased a five-year-old female Italian racehorse, Trilly Of Nando, before convincing fellow Swede Filip Forsberg of the Nashville Predators to the join the ownership group.

What began for de la Rose as a simple interest in going to the track with his buddies and making a few friendly wagers during the offseason eventually sparked a desire to take things up a notch in the harness racing world.

"Patric is from Leksand, where Filip and I played. He owns eight horses and he's one of the biggest experts in Sweden, so we talked a lot about it. I told him that if he heard anything about a horse, I was interested in buying one. It seemed like a lot of fun," recalled de la Rose, who didn't have to wait long for Patric's call. "A couple of days later, he said he'd found one he thought would be really good."

When de la Rose saw footage of ‘Trilly’ at work on YouTube, there was no question he wanted in.

"The race we saw, she won with like 300 metres to go. She was just dominating," said the four-year NHL veteran. "When we got her, she was racing in Italy and Austria and the tracks there aren't as good as they are in Sweden, so we thought that if she had really good times there, she'd have even better times with a good trainer and good tracks in Sweden."

Trilly's results since arriving in Scandinavia speak for themselves, as she has picked up three wins from six starts – and de la Rose couldn't be prouder.

"My heart rate goes up and I just start yelling, especially on the last lap. You should see me during the race. I'm like standing up and screaming," said de la Rose, who follows Trilly's races online on his iPad during the hockey season. "They're usually on game days, though, around 3:00 p.m. or 4:00 p.m. here, so it's been hard for me to nap because I'm so excited for the race."

Trilly Of Nando won three straight races after being purchased by the new connections. A replay of the third of those races – which took place on January 4, 2018 at Åby in Sweden – appears below.

The Arvika native's Montreal teammates have also climbed aboard the Trilly train.

"They love it. The boys are pumped. I always tell them when there's a new race coming up," he said, recounting a bus trip in the nation's capital in December that turned into a team viewing party. "When we were in Ottawa for the outdoor game, on our way to practice I put up her race on my phone and everyone started watching. Snowstorms delayed the race, so we couldn't see it. It was kind of a buzzkill, but at least she ended up winning it in the end."

Likewise, de la Rose's family members enjoy cheering Trilly on every chance they get, despite being a little skeptical about the venture out of the gate.

"When I first told my family that I was buying a horse, they just laughed. But I've gotten them all into it," he said. "Now every time there's a race, my uncles, my grandma, my grandfather, they're all watching."

Despite his passion for his new project, de la Rose still hasn't had a chance to meet Trilly in the flesh – something he'll do immediately upon returning home in the offseason.

In the meantime, he keeps in constant contact with Patric and Filip to help plan her racing itinerary and make sure she has everything she needs to be healthy and happy under the watchful eye of her trainer, Sofia Aronsson, in Sweden.

"We're always trying to find the best races possible for her. There's a website where you can see the upcoming races for the month ahead, so we all get together on FaceTime and go through them, seeing what other horses are competing in each race," concluded de la Rose. "I'm still really new to this, so Filip and I ask Patric like 30 questions a week. He's happy to answer. He really likes getting us involved."

(Courtesy Matt Cudzinowski @CanadiensMTL / canadiens.com)


La nouvelle passion de Jacob de la Rose

Peu avant son retour à Montréal en vue du camp d'entraînement en août dernier, Jacob de la Rose a effectué un investissement plutôt unique.

L'attaquant de 22 ans des Canadiens et bon ami de Patric Skoglund a fait l'acquisition d'une jument italienne de course de cinq ans, Trilly of Nando, avant d'ajouter son compatriote Filip Forsberg, des Predators de Nashville, au groupe de copropriétaires.

Tout ça a commencé au moment où de la Rose rejoignait ses amis près des pistes et faisait des paris amicaux. Son intérêt s'est rapidement développé en passion.

«En fait, Patric vient de Leksand, où Filip et moi avons joué. Il possède huit chevaux et il est un des plus grands experts en Suède, alors on en a beaucoup parlé. Je lui ai dit que s'il entendait quoi que ce soit à propos d'un cheval, j'étais intéressé. Ça semblait vraiment plaisant, s'est souvenu de la Rose, qui n'a pas attendu longtemps le coup de fil de Patric. Quelques jours plus tard, il m'a rappelé pour me dire qu'il en avait trouvé un qui serait vraiment bon.»

Quand de la Rose a vu des vidéos de Trilly à l'oeuvre sur YouTube, il n'a pas hésité une seconde.

«Dans la course qu'on a regardée, elle a gagné avec 300 mètres à faire. Elle dominait, tout simplement, a indiqué celui qui a quatre ans d'expérience dans la LNH. Quand on l'a eue, elle courait en Italie et en Autriche, et les pistes là-bas ne sont pas aussi bonnes qu'en Suède.

«On s'est alors dit que si elle était aussi talentueuse là-bas, elle serait encore meilleure avec un bon entraîneur et de bonnes pistes en Suède.»

Les résultats de Trilly parlent d'eux-mêmes. Elle affiche trois victoires en six départs - et de la Rose ne pourrait pas être plus fier.

«Mon rythme cardiaque augmente et je me mets à crier, surtout dans le dernier tour. Tu devrais me voir pendant une course. Je me lève et je crie, a soutenu de la Rose, qui regarde les courses de Trilly sur son iPad. Elles ont habituellement lieu les jours de match, mais vers 15h ou 16h ici. C'est dur pour moi de faire des siestes parce que je suis trop excité par ses courses.»

Les coéquipiers du natif d'Arvika sont de grands partisans de Trilly, selon les dires de de la Rose.

«Ils adorent ça. Les gars sont tellement excités. Je leur dis toujours quand il y a une prochaine course, a-t-il dit avant de parler de la séance de visionnement qui a eu lieu dans l'autobus de l'équipe en décembre dernier dans la capitale nationale.

«Quand on était à Ottawa pour le match extérieur, j'ai mis la course sur mon cellulaire en route vers l'entraînement, et tout le monde s'est mis à la regarder. Malheureusement, une tempête de neige l'a retardée, alors on n'a pas pu la voir. C'était décevant, mais elle a triomphé.»

Les membres de la famille de la Rose aiment tout autant encourager Trilly dès qu'ils en ont la chance. Ils étaient toutefois sceptiques au début de cette aventure.

«La première fois que j'ai dit à ma famille que j'achetais un cheval, tout le monde s'est mis à rire. J'ai tout de même réussi à leur donner la piqûre, a-t-il raconté. Maintenant, chaque fois qu'il y a une course, mes oncles, ma grand-mère et mon grand-père la regardent.»

Ceci étant dit, de la Rose n'a toujours pas eu la chance de faire la connaissance de Trilly en personne, alors cette première rencontre sera sans aucun doute très spéciale.

Pendant ce temps, il garde constamment contact avec Patric et Filip pour planifier son itinéraire de compétition et pour s'assurer qu'elle a tout ce dont elle a besoin pour être en santé et heureuse sous le regard attentif de son entraîneuse Sofia Aronsson en Suède.

«On essaie toujours de trouver les meilleures courses pour elle. Il y a un site web où on peut trouver les événements à venir dans le prochain mois, alors on se rassemble via FaceTime et on scrute la liste pour voir quels autres chevaux compétitionnent dans chaque course, a précisé de la Rose. Je suis encore nouveau dans ce monde, alors Filip et moi, on pose environ 30 questions par semaine à Patric. Ça lui fait plaisir de nous répondre. Il aime vraiment nous impliquer dans tout ça.»

(Courtesy Matt Cudzinowski @CanadiensMTL / canadiens.com)


view counter
 
 
 

© 2018 Standardbred Canada. All rights reserved. Use of this site signifies your agreement and compliance with the legal disclaimer and privacy policy.

Firefox 3 Best with IE 7 Built with Drupal